News

Matelas potentiellement contaminés: de la transparence SVP!

28 novembre 2017
matelas

28 novembre 2017
A la mi-octobre, le groupe chimique BASF a reconnu que des concentrations inappropriées de dichlorobenzène avaient été détectées dans la production de mousses utilisées par les fabricants de matelas. Depuis, plusieurs enquêtes concluent qu'il n'y aurait pas de danger pour la santé publique. Sans nous convaincre totalement.

En raison d'une erreur de production, le groupe chimique allemand BASF avait mis sur le marché 7500 tonnes de diisocyanate de toluène (utilisé pour la production de mousse souple) dont la teneur en dichlorobenzène était anormale. Or, ce dichlorobenzène (DCB) peut provoquer des irritations chez les personnes exposées à une concentration trop élevée. Selon les dernières études menées sur le sujet, il pourrait également favoriser l'apparition de cancers en cas de fortes expositions.

Mauvaise communication

L'erreur de production a eu lieu du 25 août au 29 septembre mais BASF n’a prévenu ses clients que le 6 octobre. Et que ses clients directs, ceux qui fabriquent la mousse, lesquels ont par la suite informé leurs propos clients, à savoir les fabricants de matelas. Des fabricants de matelas ont donc travaillé avec une matière première "impure" sans le savoir. Finalement avertis, certains ont temporairement arrêté la production, le temps de réaliser des contrôles.

Après des analyses menées en interne, BASF annonçait que son erreur de production n'induisait pas de risque pour la santé. Même son de cloche de la fédération allemande des fabricants de matelas. Et, plus récemment, de l'institut allemand chargé de l'Evalution du risque (BfR). Ce dernier a publié les concentrations de dichlorobenzène trouvées dans les mousses analysées. Conclusion? Elles sont plus élevées que la normale, mais pas assez que pour présenter un danger.

Il reste des zones d'ombre

Mais il semble que le BfR n'a pas fait de mesures lui-même. Il les a reçues des fabricants, avant de faire une évaluation de risque. Par ailleurs, aucune des entreprises ayant déclaré qu'il n'y avait pas de risque pour la santé après enquête interne n'a publié de mesures précises.

Quant à l'association allemande de défense des consommateurs Stiftung Warentest, elle attend les résultats de sa propre enquête pour prendre position.

Que retenir de tout cela? Nous serons convaincus de l'absence de tout danger qu'après la publication de mesures indépendantes. En attendant, nous continuons à réclamer de la part des fabricants et revendeurs de matelas une totale clarté. Pour que le consommateur puisse dormir sur ses deux oreilles…

Nous vous aidons à choisir le bon matelas

Mieux vaut réfléchir à deux fois avant de choisir un matelas. Un mauvais soutien, un manque d'élasticité ou de stabilité risque en effet de gâcher vos nuits.

Consultez ici notre comparateur matelas