Dossier

Acheter votre voiture au salon: une bonne idée?

11 janvier 2019

11 janvier 2019
Une ambiance à nulle autre pareille, de nombreux entretiens de vente, des remises alléchantes... Il y a fort à parier que vous soyez tenté d’acheter une auto sur place lors du salon. Voici à quoi être attentif (et pourquoi ce n’est pas une bonne idée).

« Ventes doublées », « De nombreux contrats signés » : le salon de l’auto 2017 fut exceptionnel comme en attestent ces réactions. Du moins, pour un certain nombre de constructeurs, qui ont su attirer de nombreux nouveaux clients. Toutefois, ces clients ont-ils fait l'affaire du siècle? Pas nécessairement.

Achat impulsif

Signer un contrat au salon de l’auto? Non, ce n’est pas une bonne idée et ce, pour différentes raisons. Tout d’abord, vous courez le risque d’effectuer un achat impulsif, dans l’euphorie du moment et l’ambiance particulière qui règne sur un tel salon. Si vous avez un modèle dans le collimateur, mieux vaut vous informer au maximum et dormir encore une nuit (ou deux) dessus.En pratique, nous constatons souvent que différentes marques ne signent pratiquement plus de contrats lors du salon. Elles renvoient vers le distributeur proche du client, où il est possible de négocier en toute tranquillité au sujet du pack d’équipements et des conditions.

Les « conditions salon » restent d’application

Peut-être pensez-vous passer à côté d’une opportunité unique si vous ne signez pas l’accord à des « conditions exceptionnelles » au salon de l’auto même. Ce n’est pas vrai! Généralement, les conditions spéciales sont encore valables un mois après le salon et vous en bénéficiez également en vous rendant chez votre distributeur local. Parfois, les conditions dont vous y bénéficiez sont (encore) plus avantageuses, parce qu’il est possible que les vendeurs ou les vendeuses sur le salon travaillent à la commission, laquelle est bien évidemment répercutée sur le prix.

Lors de l’achat d’un nouveau véhicule, vous laissez bien souvent votre ancienne voiture au distributeur moyennant une prime de reprise. Si telle est votre intention, mieux vaut ne pas évoquer ce point le plus longtemps possible pendant les négociations. Si vous parlez trop tôt de la prime de reprise, le vendeur vous accordera peut-être une remise moins élevée. Mieux vaut dès lors conclure un accord quant aux conditions d’achat du nouveau véhicule, et demander après le montant dont vous pouvez encore bénéficier pour votre ancienne voiture.

Comparez entre concessionnaires

Si vous êtes à l’affût du meilleur prix pour votre nouvelle voiture, mieux vaut ne pas vous limiter à un seul distributeur. Tous les concessionnaires proposent généralement une remise, mais son ampleur peut varier sensiblement entre différents distributeurs. C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée en 2010 par nos soins, et rien ne nous permet de penser que ce n’est plus le cas aujourd’hui. Mieux vaut donc faire votre petite tournée.

Crédits au salon : mieux vaut s’abstenir

Si vous concluez un accord au salon, le vendeur vous proposera souvent un crédit auto et ce, à des conditions apparemment très avantageuses, comme un financement à un taux annuel effectif global (TAEG) de 0 %. Toutefois, si vous acceptez ce crédit, vous risquez d’être dupé. Il est probable en effet que le distributeur, en échange du financement, grignote la remise qui vous est octroyée lors de l’achat, ou que vous receviez moins pour votre ancienne voiture. Au final, cette formule peut s’avérer plus onéreuse qu’un emprunt avec un TAEG de quelques pourcents. Si vous souhaitez quand même souscrire un prêt auprès de votre distributeur, faites-le uniquement lorsque le prix, toutes les remises et le prix de reprise éventuel pour votre ancien véhicule sont convenus.

Evitez à coup sûr le « crédit ballon ». Là, les mensualités sont moins élevées que dans un crédit voiture ordinaire, mais vous payez en bout de course un montant important, souvent plusieurs milliers d’euros en une fois. Si vous n’êtes pas en mesure de le faire, vous n’y êtes souvent pas obligé, mais vous devez alors restituer le véhicule... Le distributeur vous proposera volontiers une nouvelle voiture, un nouveau prêt, de façon à vous fidéliser et vous aurez alors à acheter une nouvelle voiture plus tôt que prévu. Si vous comptez quoi qu’il en soit sauter ce montant final élevé, vous pourriez en être pour vos frais : si votre véhicule présente des coups ou des griffes, ou si le marchand estime qu’il a été mal entretenu, il peut refuser de reprendre ledit véhicule et vous obliger à régler le montant final.

Comparez et négociez 

Mieux vaut conclure un emprunt voiture auprès d’une banque, que vous en soyez client ou non. Envie de d’ores et déjà comparer les offres des différents établissements ? C’est possible grâce à notre comparateur prêts auto.

Vers le comparateur

Utilisez ces propositions comme base de négociation. Suivez les trois étapes suivantes :

  • Ne dévoilez pas directement au distributeur comment vous pensez payer la voiture. Négociez tout d’abord le prix du véhicule et la remise, ainsi, éventuellement, que le meilleur prix de reprise possible pour votre ancienne voiture. Ensuite seulement, demandez ce qu’il peut vous proposer comme crédit.

  • Avec le tarif le plus bas que vous avez pu obtenir en tant que nouveau client, allez trouver votre banque attitrée. Insistez sur le fait que vous méritez de meilleures conditions en tant que client fidèle. Il y a de fortes chances pour que cela fonctionne. Si vous achetez une voiture respectueuse de l’environnement, insistez pour obtenir une réduction, comme c’est d’usage auprès de certaines banques (exemple: BNP Paribas Fortis).