Dossier

Ce que le secteur automobile ne veut pas que vous sachiez à propos de votre voiture

01 février 2016
Tous les constructeurs truquent leurs chiffres

01 février 2016

Nos tests démontrent, depuis 2012, le caractère souvent irréalistes des chiffres de consommation annoncés par les constructeurs. Nous vous donnons la consommation réaliste de plus de 500 modèles ainsi qu’une estimation du coût supplémentaire annuel que cela entraîne. 

Depuis des années, nos résultats de tests mettent en lumière la sous-estimation des chiffres officiels de consommation des voitures. L'écart à la hausse s’élève en moyenne à près de 16 %, alors que les différences sont aussi importantes en ce qui concerne les chiffres d’émission de CO2 et de NOX, comme le scandale du diesel-gate l’a encore confirmé.

Comment les constructeurs testent-ils ?

Les constructeurs automobiles utilisent le New European Driving Cycle (NEDC). Il s’agit, certes, du cycle de tests officiel, mais il est désespérément obsolète. Les accélérations effectuées lors de ce test, par exemple, ne sont que légères.

En outre, les astuces pour embellir les chiffres de consommation ne manquent pas... puisqu’elles ne sont pas interdites :

  • Toutes les fonctions utilisant de l’électricité comme l’air conditionné, les éclairages ou le chauffage du pare-brise arrière sont déconnectées.
  • Des huiles spéciales sont utilisées, présentant un taux de viscosité très bas.
  • La plupart du temps, l’alternateur est débranché pour que la batterie ne puisse pas se charger pendant le test.
  • Les pneus utilisés ont une résistance très basse au roulement et sont surgonflés.
  • La voiture est allégée et son aérodynamisme amélioré en démontant plusieurs parties comme les rétroviseurs latéraux ou les phares, et en masquant les interstices avec des bandes autocollantes.
Si des instances indépendantes sont censées contrôler le protocole de test, en réalité, non seulement le constructeur choisit lui-même le laboratoire, mais c’est aussi lui qui le rémunère. Comment espérer des chiffres objectifs dans ce contexte ? Des contrôles par des organisations gouvernementales ont bien lieu, mais de manière aléatoire.

La fable du pied droit

Le secteur de l’automobile se défend des critiques à l'encontre des tests en incriminant systématiquement le « pied droit » du conducteur. Il s’agirait du facteur déterminant qui expliquerait la différence entre la consommation annoncée d’une voiture et ce que vous et moi constatons jour après jour.

Le comportement au volant est indéniablement un facteur à ne pas sous-estimer. L’éco conduite permet en effet dans certains cas d’économiser jusqu’à 30 % de carburant. Toutefois, l’application de ces astuces ne vous permettra que dans de très rares cas d’atteindre la consommation annoncée par les constructeurs…

C’est ce qu’ont démontré les tests effectués l’année dernière par notre organisation sœur italienne Altroconsumo. Elle a refait le même test d’homologation NEDC officiel utilisé par les constructeurs pour un certain nombre de modèles. Et même en appliquant certaines astuces provenant de l’arsenal de ces derniers, les chiffres de consommation annoncés ne correspondaient toujours pas à leurs propres mesures. Presque toutes les voitures présentaient une consommation supérieure que celle indiquée sur la fiche technique. Suite à quoi, nos collègues italiens ont lancé un recours collectif contre VW et Fiat.

Différence de consommation

Nous exigeons d’urgence un nouveau test et de meilleurs contrôles !

Il est clair que le protocole de test européen NEDC actuel, trop laxiste, est dépassé. Cela fait déjà des années que l’on recherche un nouveau protocole de test harmonisé au niveau mondial correspondant mieux aux conditions de circulation réelles, et dont les résultats se rapprocheraient bien plus de la réalité.
Cette ”Wordwide harmonized Light Vehicles Test Procedure” (WLTP) est un test soutenu par les Nations Unies, simulant de manière optimale le comportement au volant sur autoroute et en ville. Les accélérations sont plus réalistes et rapides, et les vitesses plus élevées, que dans le test NEDC classique. Le futur WLTP prévoit par exemple aussi de tester les émissions de CO2 en cas d’accélération puissante.

Depuis 2012 déjà, nous tirons la sonnette d’alarme à propos des chiffres de consommation irréalistes annoncés par les constructeurs automobiles. Sans grand résultat. Depuis le scandale du dieselgate, la perception des gens a toutefois évolué. C’est donc le moment où jamais de remettre en avant nos exigences :

  • Le nouveau test WLTP doit entrer en vigueur au plus vite, au plus tard en 2017.
  • Nous demandons également qu’une autorité de contrôle européenne soit créée dans le but de superviser les procédures de test et les laboratoires.
  • Des contrôles devraient également avoir lieu une fois le véhicule sur le marché.
  • Il devrait être possible de confirmer les données provenant du laboratoire en conditions réelles (selon la directive Real Drive Emissions).

Obstruction de la part des constructeurs automobiles

Les constructeurs automobiles font par contre tout pour mettre l’entrée en vigueur du test WLTP sur une voie de garage. Le besoin d’un nouveau test avait déjà été pointé dès 2007. À l’époque, la résistance au sein des états membres était menée par des pays comme l’Allemagne ou la France, où le lobbying automobile occupe traditionnellement une place très importante. Les dirigeants européens manquent clairement de courage politique et ils ne semblent manifestement pas insensibles au 'charme' du lobby automobile.

Déjà en octobre 2015, la Transparancy International, une organisation qui observe le lobbying à Bruxelles, constatait que 198 lobbyistes sont actifs à Bruxelles pour le secteur automobile. Il faut y ajouter le lobby "officieux" de scientifiques, (anciens) politiciens et autres personnalités qui, à quelque titre que ce soit, sont également payés par l’industrie automobile.

Et pourtant, le secteur de l’automobile persiste à affirmer que les constructeurs ne s’opposeraient pas à l’introduction rapide d’un nouveau test plus performant. Si le secteur protégeant ses intérêts financiers ne s’était pas toujours montré si réticent face au nouveau protocole de test, cela ferait belle lurette que le WLTP serait une réalité. Maintenir le statu quo du NEDC lui est incontestablement favorable.

Nos chiffres réalistes de la consommation pour 500 voitures

En attendant le nouveau protocole de test, nous essayons déjà depuis des années de proposer des chiffres réalistes pour la consommation de carburant de véhicules.
Nos tests sont effectués dans des laboratoires indépendants et spécialisés. Contrairement aux constructeurs automobiles, nous plaçons le véhicule sur les rouleaux de test dans les mêmes conditions qu’un conducteur ordinaire qui prend sa voiture le matin pour se rendre à son travail, il est principalement préparé à satisfaire aux exigences liées à la température.

Par ailleurs, nous adoptons une méthodologie standard combinant trois protocoles de test différents afin d’obtenir un chiffre réaliste concernant la consommation de carburant :

  • l’officiel, mais obsolète NEDC, toutefois sans appliquer toutes sortes d’artifices
  • un test s’inspirant du WLTP tel qu’il entrera, espérons-le, en vigueur en 2017
  • un cycle à grande vitesse, visant à reproduire la consommation sur autoroute afin de rendre les résultats encore plus réalistes

Vous pouvez consulter tous les chiffres de consommation de 500 véhicules que nous avons testés de cette manière depuis 2012 dans le module spécial :

Vous pouvez ainsi comparer la consommation que nous avons calculée dans des conditions réalistes avec celle promise par le constructeur. Vous y découvrirez également le surcoût annuel que cela représente.


Imprimer Envoyer par e-mail