News

Tricherie sur les émissions: VW et le gouvernement doivent agir

25 septembre 2015

25 septembre 2015

Devant le scandale des logiciels de trucage des tests antipollution, en Europe également, nous avons interpellé Volkswagen et le gouvernement belge pour réclamer la clarté sur la situation en Belgique et sur les mesures envisagées.  

VW n’a pas triché qu’aux Etats-Unis! On apprend aujourd’hui que les résultats des tests de voitures diesel ont également été faussés en Europe. Test-Achats demande à Volkswagen de mettre fin immédiatement à cette pratique, de faire toute la clarté sur cette affaire, en particulier concernant la situation en Belgique, et de prendre les mesures nécessaires pour indemniser les clients dupés. Nous demandons également au gouvernement de faire cesser et de sanctionner les pratiques tendant à minimiser la consommation effective et les émissions polluantes réelles.

Une industrie coutumière des manipulations

L’industrie automobile n’en est certainement pas à une manipulation près. Comme l’ont démontré nos confrères italiens d’Altro Consumo, il n’est même pas besoin de tricher pour « améliorer » sensiblement les mesures de consommation et d’émissions polluantes: la norme européenne actuelle autorise toutes sortes d’accommodements qui permettent de réduire les chiffres. Mais cela ne suffit manifestement pas aux constructeurs qui trafiquent leurs voitures afin d’obtenir les chiffres les plus favorables possibles, sans doute en utilisant d’autres artifices encore que ceux que nous avons relevés. Une action est d’ailleurs pendante devant les tribunaux italiens pour obtenir de deux constructeurs, Fiat et… VW qu’ils remboursent aux consommateurs lésés la différence entre la consommation annoncée et celle mesurée par l’association de consommateurs, pour deux modèles les plus vendus dans la Botte.

Un nouveau test, sans retard !

Nous dénonçons régulièrement le caractère irréaliste des chiffres de consommation et d’émissions polluantes publiés par les constructeurs selon le protocole européen de mesure actuellement en vigueur. Celui-ci a été introduit dans les années 70, avant l’apparition des voitures hybrides électricité/carburant, des moteurs turbocompressés et d’autres systèmes d’économie de carburant, et il n’a plus été adapté depuis 1997. Complètement périmé, ce test devrait être remplacé en 2017 par un nouveau test (WLTC) beaucoup plus proche des conditions réelles de circulation, et devrait réduire sensiblement l’écart entre les chiffres annoncés par les constructeurs et ceux de la consommation et des émissions réelles de leurs véhicules. Mais certains constructeurs freinent des quatre fers pour retarder l’entrée en vigueur du WLTC, avec l’appui, notamment, des responsables politiques allemands, soucieux de préserver les intérêts de leur industrie automobile. L’exemple de VW montre qu’il n’y a pas à tergiverser. La date de 2017 doit être maintenue. Au minimum.

Dieselgate : pour vous tenir au courant


Imprimer Envoyer par e-mail