News

Ministres européens, choisissez le camp des consommateurs

29 mai 2017
Volkswagen dieselgate

29 mai 2017
Un scandale comme le « Dieselgate » ne peut plus jamais arriver ! Une réforme en profondeur du système d’agrément des véhicules et de la surveillance du marché s’impose plus que jamais. De sérieux indices laissent pourtant à penser que certains Etats membres veulent freiner des quatre fers. Nous demandons à la Belgique de choisir le camp des consommateurs et de ne pas céder à la pression des grands pays constructeurs d’automobiles.

Cela n’arrête pas. Communiqués sur l’utilisation à grande échelle de logiciels fraudeurs dans le groupe Volkswagen, enquête en France chez Fiat-Chrysler, Peugeot-Citroën et Renault pour fraude supposée aux émissions et, la semaine dernière encore, perquisition de la justice allemande auprès de la maison mère de Mercedes-Benz…Le « Dieselgate » reste malheureusement d’une criante actualité. Tout comme l’appel à prendre des mesures pour éviter à l’avenir pareils scandales aux émissions.

#Dieselgate#NeverAgain !

Un Conseil européen de la Concurrence se tient aujourd’hui. A son agenda figurent d’importantes propositions qui pourraient sensiblement améliorer le système d’agrément des véhicules et la surveillance du marché.

Le scandale du Dieselgate a douloureusement mis en évidence les failles du système de contrôle actuel. Une réforme en profondeur du système d’agrément des véhicules et du contrôle du marché est plus que jamais nécessaire, comme l’illustre le site Procédure actuelle de test et comment il faudrait procéder.

Un scandale comme le Dieselgate ne doit jamais se reproduire ! Il faut donc mettre en place un système d’agrément des véhicules et une surveillance du marché qui fonctionnent dans l’intérêt des consommateurs :

  • Plus de contrôles, et de meilleure qualité, avant et après la mise sur le marché du véhicule
  • Un objectif quantifiable en matière de surveillance du marché, c’est-à-dire au moins 20% des nouveaux modèles mis sur le marché testés chaque année
  • Une surveillance européenne déterminée permettant à la Commission d’imposer des amendes aux fraudeurs
  • Pas de conflits d’intérêts entre les services techniques et les constructeurs automobiles

Occasion unique pour les ministres européens de choisir le camp des consommateurs

Lors de leur réunion de ce jour, nous demandons aux ministres d’entendre l’appel de millions de consommateurs belges et européens. Nous demandons qu’ils fassent preuve de détermination et ne cèdent pas la pression des grands pays constructeurs d’automobiles tels que l’Allemagne. L’expression « Business as usual » n’est plus de mise !

De sérieux indices laissent cependant à penser que certains Etats membres veulent freiner des quatre fers, alors que la Commission européenne et le Parlement européen ont adopté une position encourageante.

Avec l’éclatement du scandale du Dieselgate, la confiance des consommateurs dans le secteur automobile et les institutions européennes en a pris un sacré coup. Le Conseil dispose aujourd’hui d’une chance unique pour corriger le tir.


Imprimer Envoyer par e-mail