News

Nos cinq propositions pour fluidifier le trafic

26 avril 2017
circulation trajet domicile travail

26 avril 2017
Les trajets domicile-travail des Belges se font encore et toujours majoritairement en voiture. Telle est la conclusion de notre grande enquête sur la mobilité. Voici nos propositions pour désengorger les files et diminuer notre assuétude à la voiture.

Pour savoir comment les Belges se rendent au travail, nous avons interrogé près de 1600 personnes sur leurs habitudes en la matière. Empruntent-ils chaque jour la voiture, y vont-ils à vélo, à pied ou utilisent-ils les transports en commun?

Confortable mais pas bon marché

La voiture s’avère être le moyen de transport par excellence, même si les raisons divergent. Nombreux sont ceux qui partent du principe que la voiture est plus rapide, mais cela vaut uniquement s’ils doivent se déplacer sur de longues distances. La voiture offre l’avantage de permettre des arrêts beaucoup plus aisés en cours de route pour déposer ou reprendre les enfants, ou faire ses courses par exemple.
Autre élément souvent invoqué : le confort. Le Belge est plutôt attaché à son cocon avec un siège confortable, sa musique préférée et son intimité, mais il y a un prix à payer : les embouteillages.
La voiture apparait aussi moins chère et plus sure que les transports publics. Ce qui n’est pas correct.

Du télétravail au budget mobilité

Pour quelque raison que ce soit : le Belge reste viscéralement attaché à sa voiture. Si nous recherchons des façons d’atténuer les embarras de circulation, nous constatons que les horaires de travail flexibles, l’indemnité vélo et un remboursement des transports publics sont autant d’incitants qui ont la cote. Mais peut-être en faut-il davantage encore. Nous formulons cinq propositions: 

  1.  Un abonnement unique pour le train, tram, bus et métro. Finissons-en avec les trois abonnements différents ou les multiples cartes de voyages dans votre portefeuille !
  2. Un budget mobilité permet au travailleur de déterminer lui-même le moyen de transport qui lui sied à un moment donné.
  3. Le fonds des navetteurs peut être étendu à toutes les communes de Flandre et peut-être aussi de Belgique. Ce fonds subventionne les déplacements durables entre le domicile et le travail, mais depuis le début de l’année, seules les entreprises et les organisations dans les communes sensibles aux files peuvent bénéficier de cette aide.
  4. Il serait judicieux de mettre en place un système de transports publics qui synchroniserait mieux les lignes locales et régionales afin d’éviter qu’un bus ne démarre juste avant l’arrivée d’un train de voyageurs.
  5. Enfin, les autorités compétentes doivent se demander si l’action qu’elles mènent à leur niveau peut vraiment faire la différence en termes de mobilité. Ne faudrait-il pas envisager de transférer certaines compétences à un autre niveau capable de prendre des mesures plus rapidement?