News

Rappel des véhicules VW: obligatoire ou non ?

01 mars 2016
rappel des véhicules VW

01 mars 2016

Ca fait presque six mois que le scandale Volkswagen a éclaté. Depuis lors, le rappel des véhicules impliqués à intervalles réguliers est annoncé, mais n’a toujours pas eu lieu. Il devrait commencer début mars mais le consommateur est encore dans l’incertitude.

Vous voulez connaître les détails du scandale Dieselgate et ce que nous faisons pour accompagner les consommateurs concernés?

En Belgique, 400 000 voitures des marques Volkswagen, Audi, Seat et Skoda seraient rappelées. Dans un premier temps, il s’agirait des moteurs diesel 2.0 litre, à partir du 1er mai ce serait au tour des moteurs diesel 1.2 litres et à celui des moteurs diesel 1.6 litre après le 1er octobre. 

Obligatoire ou non ?

Pas mal de consommateurs s’interrogent sur le caractère obligatoire ou non du rappel des véhicules. En Allemagne, il a déjà été décidé qu’il était obligatoire, mais en Belgique rien n’est encore clair. Quid des consommateurs qui ne veulent pas de l’action de rappel de VW ? Leur voiture restera-t-elle homologuée ? Dans la négative, quelle sera la réaction des autorités ?
Ce sont surtout ces questions que nous avons reçues dans le cadre du scandale Volkswagen. Beaucoup de consommateurs se montrent d’ailleurs très opposés au rappel, car ils craignent que les adaptations concernant les NOx aient un impact sur la consommation et la puissance de leur voiture. Une chose qui n’est pas exclue par de nombreux experts.

De la clarté, s’il vous plaît !

Initialement, l’importateur VW d’Ieteren avait communiqué que les clients seraient obligés de mettre leur véhicule en ordre, sous peine d’une amende ou même d’une peine de prison. Mais tout cela a fini par s’arranger. Le ministre des consommateurs Kris Peeters a entre-temps déclaré que « lorsque le consommateur ne fait pas suite à l’invitation de réparation de Volkswagen, cela pourrait avoir un impact sur la demande éventuelle en responsabilité du consommateur pour non-conformité ».
En bref : après cinq mois, alors que la phase de rappel est sur le point de commencer, les consommateurs ne savent toujours pas où en est la situation. Hallucinant, selon nous. Nous appelons les ministres compétents à s’exprimer clairement sur le caractère obligatoire ou non de l'action de rappel et sur les conséquences de tout cela pour les consommateurs.
Nous avons écrit à ce sujet aux ministres de la Mobilité, au ministre des consommateurs et au Premier Ministre.



Imprimer Envoyer par e-mail