L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Comment nous testons

Comment nous testons les infusions à la camomille

25 février 2020

Par temps froid, les infusions ont la cote. Nous en avons goûté 18 à la camomille et analysé leur teneur en contaminants.  Nous avons identifié les meilleurs d’entre elles ainsi que celles offrant le meilleur rapport qualité-prix. Voici comment nous avons mené nos analyses.

Contaminants

Nous voulions savoir si les infusions analysées contenaient des composants indésirables susceptibles d'avoir un impact négatif sur la santé.

Résidus de pesticides

Les pesticides (fongicides, herbicides, insecticides, nématicides et rodenticides) sont des substances qui protègent les cultures contre les maladies, les ravageurs et les mauvaises herbes. Des résidus de pesticides peuvent donc se retrouver dans les aliments.

Pour éviter qu’on en ingère trop, la loi fixe une quantité maximale de résidu qui peut être présent dans un produit, pour chaque pesticide.
Pour les produits biologiques, un cahier des charges détermine quels pesticides peuvent et ne peuvent pas être utilisés.

Lorsqu’ils ne contiennent pas de résidus, les produits ont reçu cinq étoiles. Ceux en contenant, mais en dessous de la limite maximale de résidus (LMR) autorisée par la loi, en ont reçu trois. Enfin, une étoile a été attribuée s'ils contiennent des résidus supérieurs à la LMR. Les produits biologiques dans lesquels la présence d'un pesticide non autorisé a été détectée et/ou quantifiée en dessous de la LMR ont également reçu 3 étoiles.

Alcaloïdes pyrrolizidiniques

Les alcaloïdes pyrrolizidiniques sont des toxines produites naturellement par certaines plantes et potentiellement toxiques pour l’homme, car cancérogènes et génotoxiques, entre autres. Ces substances sont présentes dans de nombreux végétaux sauvages récoltés en même temps que la camomille, et peuvent donc être involontairement intégrées dans ces mélanges d’herbes et de fleurs. Des recherches menées en 2015 par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) montrent que différents types de tisanes (à base de plantes peuvent en contenir.

Aucune loi ne régit leur présence actuellement. Mais cela va changer : une législation européenne sur les teneurs maximales de ces résidus devrait entrer en vigueur d’ici peu. Ces limites seront identiques pour les produits issus de l’agriculture conventionnelle et pour ceux issus de l’agriculture biologique. Nous avons établi notre classement selon ces futures limites auxquelles nous avons déjà eu accès : cinq étoiles indiquent qu’aucune trace n’a été trouvée, trois étoiles équivalent à des traces en dessous de la future limite et une étoile indique que la limite est dépassée. Seul un produit dépasse ce seuil et a été transmis à l'AFSCA qui fait retirer la tisane de la vente.