L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

La banane, fruit d'injustices

25 septembre 2012
La banane, fruit d'injustices

25 septembre 2012

Face à la concurrence, beaucoup de marques forcent les producteurs à rogner sur le salaire des travailleurs et à négliger les aspects environnementaux. Reportage en Equateur.

Les bananes sont un aliment important chez nous comme dans les pays en développement. Mais la part qui revient au producteur sur le prix du fruit ne cesse de fondre sous l'influence d'une concurrence acharnée.
 
La compression des prix se répercute essentiellement sur le salaire des travailleurs. La production bananière est aussi le théâtre de diverses discriminations, et certaines certifications n'offrent pas une garantie sans faille.

Pas de coopération de la part des grandes marques

Lors de notre enquête, nous n'avons constaté dans les plantations des différentes marques aucune infraction grave en matière de dignité du travail ou de respect de l'environnement. 
 
Toutefois, comme l'accès à certains lieux nous a été refusé, il est hélas impossible de tirer des conclusions générales.
Nous avons néanmoins observé que certaines pratiques, qui n'auraient plus lieu d'être depuis longtemps, ont la vie dure. Les femmes et la main-d'œuvre temporaire souffrent toujours de discrimination, les syndicats sont trop peu nombreux et l'environnement arrive rarement en tête des préoccupations.
  
Dole est la seule grande marque à avoir totalement coopéré à notre enquête et ce n'est sans doute pas un hasard si elle est la marque la plus éthiquement et écologiquement responsable de notre enquête. 
 
Chiquita et Bonita ont refusé de coopérer. Se pose donc la question de savoir si la première mérite bien son label "Rainforest Alliance", censé rassurer les consommateurs. Et l’on ne s'étonnera pas davantage que la seconde fasse peu d'efforts pour tisser des liens privilégiés avec les communautés locales.

Les producteurs des bananes Ekooké sont par contre engagés sur ce point via leur système de coopératives. Les bananes portent en outre le label Max Havelaar (commerce équitable et, occasionnellement, bio). Vous les trouverez chez Colruyt, Cora et Match.

Les bananes des Canaries jouent dans un registre un peu particulier car elles sont cultivées en Europe. Elles bénéficient d'une évaluation relativement positive et tenteront cette année encore une percée sur le marché belge.

Reportage vidéo en Equateur


Imprimer Envoyer par e-mail