L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Laits de croissance au soja déconseillés

23 novembre 2020

Les laits de croissance à base de soja sont devenus populaires, notamment auprès des enfants intolérants au lactose. Pourtant, ils les exposent parfois à de grandes quantités d’isoflavones, des molécules actives sur le plan hormonal.

Il y a quelques années, des laits de croissance au soja pour les enfants âgés de 1 à 3 ans ont fait leur apparition. Très vite, ils ont rencontré un certain succès auprès d’enfants supportant mal le lait classique ou dans les familles ne consommant pas de produits d’origine animale.

Pourtant, ces boissons sont riches en isoflavones, des molécules susceptibles de provoquer entre autres des troubles hormonaux ainsi que de la reproduction à l’âge adulte. Ces effets néfastes sur la santé nécessitent des recherches plus approfondies. Mais dans le doute, la prudence devrait être de mise en ce qui concerne leur consommation.

Si on reste sous la limite acceptable (à savoir en-dessous de 0,35 mg par kilo de poids corporel), il n’y a pas de risques, mais notre analyse de plusieurs laits de croissance au soja a montré que deux biberons par jour de certaines de ces boissons pouvaient faire exploser les quantités acceptables pour des enfants de 1 à 3 ans. En effet, à cause de leur poids corporel plus faible, ils atteignent très vite les limites tolérables voire inacceptables. 

Rôle des fabricants

Nos analyses nous ont aussi montré que d’une marque à l’autre, les teneurs en isoflavones varient. La boisson de croissance Bambix "Drink de croissance soja 1+", par exemple, apporte 2 mg d’isoflavones par biberon, soit 4 mg d’isoflavones pour deux biberons, ce qui dépasse la limite acceptable, mais reste dans les limites journalières tolérables. En revanche, la boisson de croissance "Alpro soya 1-3+", apporte 10,8 mg d’isoflavones par biberon, soit environ 21 mg d’isoflavones par jour avec deux biberons. Pour des enfants de 9 à 14 kg (de 1 à 3 ans), cette valeur dépasse 5 fois la limite acceptable quotidienne. 

Ceci démontre que les fabricants ont un rôle à jouer en adaptant leur processus de fabrication afin de limiter les teneurs en isoflavones de leurs produits. 

Pas de cadre légal

En Belgique, l’Office de la Naissance et de l’Enfance (ONE) recommande d’éviter le soja avant 6 mois. L’organisation flamande "Kind & Gezin" a fait la même recommandation, mais jusqu’au 1 an de l’enfant. Deux avis différents coexistent donc dans notre pays.

Parallèlement à cela, il n’existe aucune recommandation officielle en ce qui concerne les produits à base de soja pour les enfants en bas âge. En France, les préparations infantiles au soja sont déconseillées aux enfants de moins de 3 ans et ont disparu des grandes surfaces, contrairement à chez nous. Nous plaidons donc pour une recommandation similaire en Belgique. 

 
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

1 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

25-11-2020

Mon premier filleul né en 1973 et mes deux fils nés en 1979 et 1985 ont été nourris au lait en poudre, acheté en pharmacie, de la marque Soyal pour le premier, et Néo-soyal pour mes fils. Filleul est fils aîné sont pères. Mon fils cadet n'a pas encore le projet d'avoir un enfant.

Community