News

Pas de "15% moins de" sur l’étiquette des aliments

17 février 2012
Geen 15% minder

17 février 2012

Le Parlement européen a rejeté l’allégation alimentaire “contient maintenant x% moins de”. Victoire pour la défense des consommateurs.

Ambiguë, trompeuse et source de confusion, cette allégation n’était en fait qu’une trouvaille marketing de plus de l’industrie agroalimentaire pour séduire l’acheteur par des caractéristiques prétendument bonnes pour la santé. Le consommateur averti sait que l’excès de sel, de graisses et de sucre est mauvais pour la santé. Une jolie étiquette vivement colorée informant x% de moins… ne peut qu’induire le consommateur en erreur.

Moins gras que gras

En effet, un sachet de chips avec 15% de graisse en moins, reste un produit contenant beaucoup de graisse ! Evidemment, il est plus facile de diminuer de quelques pourcents les taux de graisse, sucre ou sel dans les aliments en contenant énormément au départ…

Heureusement, le parlement européen a décidé le 2 février 2012 que l’allégation "contient maintenant x% moins de" ne pourra pas figurer sur les emballages des aliments. Le BEUC (Bureau Européen des Unions de consommateurs) et les organisations de consommateurs européennes, dont fait partie Test-Achats, se félicitent du succès de leur action pour empêcher l’autorisation de cette allégation.

Faire le tri parmi les affirmations

Quelle est la situation actuelle ? Les fabricants ne peuvent pas affirmer n’importe quoi sur leur produit. Depuis 2007, les allégations nutritionnelles et santé sont réglementées par une directive européenne.

Ainsi par exemple, les mentions "allégé", "light" ou "réduit en matières grasses" peuvent figurer sur l’emballage des aliments à condition que la réduction soit au moins de 25% pour le sel et d’au moins 30% pour les sucres/graisses, et uniquement par rapport à d’autres produits similaires vendus sur le marché.

La proposition "maintenant 15 % moins de" concerne, elle, une nouvelle composition d’un même produit.

Embrouiller le consommateur pour mieux le duper?

Comparons, dans un rayon, deux paquets de biscuits similaires :

  • sur l’emballage du premier, on peut lire "à teneur réduite en matière grasse", ce qui signifie moins 30% (minimum) par rapport aux produits semblables d'autres marques.
  •  sur l’autre paquet, l’étiquette affiche "contient 20% de graisses en moins". Il s'agit ici d'une diminution par rapport au produit lui-même dans sa précédente composition.

En fait, le second message est plus accrocheur, alors que le premier produit est davantage allégé ! On comprend le risque de confusion pour le consommateur.

En imaginant ce type d’allégation moins stricte (moins 15% de), l’industrie alimentaire pensait avoir trouvé le moyen d’assouplir le règlement existant, tout en vidant quasi de toute signification les allégations déjà reconnues par l’Europe.

Continuer à défendre la clarté d’information

Nous sommes donc satisfaits de la décision des eurodéputés de rejeter l’allégation "contient maintenant x % moins de… " Cela nous conforte dans l’utilité, et la nécessité, de notre lobby incessant contre les stratégies marketing de l’industrie alimentaire.


Imprimer Envoyer par e-mail