L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Suppléments oméga-3: inoffensifs mais superflus

20 février 2019

20 février 2019
Même s’ils trônent sur les comptoirs des pharmacies et des magasins bio, les suppléments d'oméga-3 ne présentent aucun avantage pour votre santé. Il est bien moins cher et bien plus sain de couvrir vos besoins quotidiens en oméga-3 en mangeant régulièrement du poisson gras et des noix.

Votre corps a besoin, il est vrai, d’oméga-3 pour fonctionner correctement mais cela ne veut pas dire pour autant que vous deviez avaler quotidiennement un supplément d’oméga-3. Une alimentation variée vous permet de combler vos besoins journaliers en oméga-3 sans beaucoup d’efforts et sans le moindre supplément.

Du poisson gras au moins une fois par semaine

On a déjà dit et écrit beaucoup de choses à propos des oméga-3. Le terme "oméga" désigne en fait un famille d’acides gras nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Parmi eux, l’acide alpha-linolénique (ALA) est dit "essentiel" car notre corps n’est pas capable de le produire lui-même. Les oméga-3 assurent notamment le bon fonctionnement du cœur et jouent un rôle important dans le contrôle de la tension artérielle et du taux de triglycérides. Il est donc essentiel de trouver un apport extérieur en oméga-3. Ce que nous ne faisons malheureusement pas assez... Le Belge moyen n’en consomme pas suffisamment.

Faut-il pour autant se tourner vers les suppléments ? Si l’on en croit les publicités, ces suppléments seraient en effet indispensables pour combler nos besoins en oméga-3. Rien n’est moins vrai. Selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), un apport quotidien de 250 mg d’oméga-3 suffit. Concrètement, mettre deux fois par semaine du poisson à votre menu, dont une fois du poisson gras, suffit largement à couvrir vos besoins en oméga-3.
Les suppléments d’oméga-3 vendus dans le commerce contiennent, quant à eux, souvent bien plus d’oméga-3 qu’il n’en faut. Si cet excès est totalement inoffensif pour votre santé, il n’en reste pas moins superflu. De l’argent jeté par la fenêtre, en somme...

Aucun contaminant nocif

Les oméga-3 sont par ailleurs souvent associés à des contaminants tels que les métaux lourds, les biphényles polychlorés (PCB) et le mercure, qu’on trouve parfois dans le poisson. Nous avons analysé 20 suppléments d’oméga-3, parmi les plus courants. Aucun ne contenait de contaminants, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Nos récents tests sur le saumon fumé se sont avérés tout aussi rassurants : la quantité de contaminants présents y était également bien en-dessous du maximum légal. En variant suffisamment les sortes de poissons et leur origine, vous ne pouvez que limiter les risques et ajouter du poisson à votre menu l’esprit tranquille.

Community

Alimentation

Conversations liées