News

Viande rouge: les médias ne véhiculent pas tous le bon message

29 octobre 2015
viande rouge

29 octobre 2015

En 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé a évoqué l’existence d’un lien entre la consommation de viande transformée et un risque accru de cancer colorectal. Ce constat ne remet toutefois pas en cause les recommandations alimentaires d’associations comme la nôtre.

Le centre international de recherche sur le cancer a publié, fin 2015, une étude sur la consommation de viande rouge et de viande transformée. Les conclusions ont été diffusées par de nombreux médias et ont suscité un certain émoi. Mais de quoi il en retourne exactement ?

De quelle viande s’agit-il ?

La viande transformée a été qualifiée par l’agence de “cancérogène pour l’homme”. Il s’agit en l’occurrence de la viande en conserve, des saucisses (type saucisse de Francfort), de la viande salée ou fumée… Le fait que la viande transformée se voit affublée du même label que le tabac ne signifie pas qu’elle soit tout aussi cancérogène. Le label n’est qu’une indication de l’existence de preuves pour affirmer qu’un tel produit est cancérogène ou non. Il ne dit pas dans quelle mesure c’est le cas.


La viande rouge non transformée (bœuf, porc, agneau, cheval et chèvre) a été classée comme « potentiellement cancérogène ». Un niveau moins élevé donc que la viande transformée, étant donné que les preuves disponibles sont moins nombreuses.

Risque accru

Par ailleurs, l’étude démontre que la consommation quotidienne d’une portion de 50 grammes de viande transformée accroît de 18 % le risque relatif de cancer colorectal. Attention, cela ne signifie pas qu’avec cette portion, vous avez 18 % de chance de développer un cancer colorectal comme l’affirment certains médias. Supposons que le risque de cancer colorectal parmi les Belges soit de 1 % et que vous consommez chaque jour de la viande transformée, le risque absolu grimpe dans ce cas à 1,18 %.
Au niveau mondial, la viande transformée est chaque année à la base de quelque 34.000 décès des suites du cancer. Pour la viande rouge, ce chiffre grimperait à 50.000. À titre de comparaison, l’alcool est responsable de 600.000 décès. Pour le tabac, ce chiffre est de 1 million.

Pas de panique

De nouvelles études devront être réalisées. Il ne sert donc à rien de chambouler radicalement votre existence. Toutefois, les conseils suivants s’avèrent sensés : 
  1. Ne consommez pas de viande rouge plus d’une fois par semaine et alternez avec d’autres sortes de viande, du poulet, du poisson ou des solutions alternatives végétariennes.
  2. Préférez la viande fraîche à la viande transformée. Limitez également la consommation de viande fumée.
  3. Manger équilibré demeure à l’ordre du jour. Variez en suffisance.
  4. Ne supprimez pas totalement la viande de votre menu. Elle contient en effet de substances salutaires, comme le fer, les protéines et les vitamines.
  5. Mangez et vivez sainement : bougez suffisamment, modérez votre consommation d’alcool, ne fumez pas, évitez la surcharge pondérale, consommez suffisamment de fruits, de légumes et de céréales.

Imprimer Envoyer par e-mail