L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Le monde après le corona: retour à la "normale"... ou pas ?

07 juillet 2020

Ces derniers mois, le coronavirus a bouleversé nos vies. Forcés ou non, nous avons dû nous déplacer différemment, payer différemment, voire manger différemment. Mais qu'en est-il maintenant que le virus semble sous contrôle ? Tout l'été, nous en débattrons avec vous dans le cadre de la campagne "Approved by Tomorrow".

Ces derniers mois, nous avons changé beaucoup de nos vieilles habitudes. L'épidémie de coronavirus nous a fait acheter différemment, payer différemment, nous nous déplaçons souvent différemment... Le paiement électronique est devenu la règle, les achats en ligne ont pris de l'ampleur, nous avons redécouvert le vélo. Nombre de ces changements ont été réalisés dans une optique durable. Nous avons aussi fait plus d'achats locaux pour soutenir les commerçants de proximité. Nous avons cuisiné plus par nous-mêmes, mangé plus sainement et jeté moins de déchets. Nous avons cherché des destinations de vacances proches de chez nous, car l'avion n'était plus une évidence.

Devons-nous "revenir en arrière" ?

Le consommateur a été confronté à un virus qui s'est propagé dans le monde entier, l'obligeant à adapter sa routine quotidienne. Il s'est avéré, sous l'effet des circonstances, que le processus s'est déroulé plus harmonieusement qu'on ne l'avait d'abord cru possible. Néanmoins, le soupir "Si seulement tout revenait à la normale" résonnait souvent. Cependant, on peut se demander si nous devons revenir à cette normalité ? Ou devrions-nous simplement faire un pas en avant, maintenant qu'il semble que nous ayons fait un pas vers plus de proximité et plus de durabilité dans de nombreux domaines ?

"Approved by Tomorrow" : la voix du consommateur est cruciale

Test Achats a suivi de près les mesures qui ont eu un impact sur les droits et les habitudes des consommateurs. De nombreux secteurs ont été touchés et ont dû s'adapter. Quelles leçons devons-nous tirer de la crise ? Dans quels secteurs les changements seront-ils les plus importants ? Nous voulons en discuter, avec et pour vous.

Sous la bannière "Approved by Tomorrow", nous voulons faire entendre votre voix sur les questions d'actualité. Tout au long de l'été, semaine après semaine, nous discuterons de santé, de mobilité, d'alimentation, de fiscalité ... Vous pouvez exprimer votre opinion sur les différentes plateformes de Test Achats : dans nos communautés, sur les médias sociaux ...

Nous vous invitons à nous faire part de vos propositions pour la société de consommation de demain. Car même dans la "nouvelle normalité", vous, en tant que consommateur, restez au centre de nos préoccupations.

Donnez votre avis

Thème n°1 : Consommer local

Pendant la crise du corona

Aller au supermarché, faire ses courses en toute tranquillité et pouvoir tout cocher sur sa liste de courses : pendant la crise du corona, cela n'allait soudain plus de soi. "Restez chez vous" était le slogan, les déplacements devaient être limités au strict nécessaire. Beaucoup de gens ont commencé à faire des réserves, ceux qui ne pouvaient faire leurs courses que plus tard se sont retrouvés face à des étagères vides. Ceux qui cherchaient des alternatives se sont souvent retrouvés dans les circuits courts comme les groupements d'achats locaux, les magasins de quartier et les magasins à la ferme. Ceux-ci ont vu leurs ventes et le nombre de leurs membres augmenter fortement pendant la période de confinement.

En outre, une forme de solidarité a également joué un rôle : de nombreux commerçants et entreprises du secteur horeca ont été contraints de fermer leur commerce ou d'aider leurs clients d'une autre manière (par exemple, des restaurants proposant des repas à emporter), et de nombreuses personnes ont commencé à soutenir ces entrepreneurs locaux en achetant plus souvent dans leur quartier. Pas moins de 76 % des personnes interrogées dans le cadre de l'enquête "Je suis plus que mon ticket de caisse" ont indiqué qu'elles considéraient qu'il était important de soutenir autant que possible les commerçants locaux pendant la crise.

Mais la pandémie, son déclenchement et sa propagation ont également mis en évidence d'autres faiblesses de notre système alimentaire. Les gens sont devenus plus conscients de l'origine de leur nourriture. Par exemple, 80 % des personnes interrogées ont indiqué que le secteur agricole mérite le respect pour la façon dont il continue à s'occuper de notre alimentation pendant la crise. 61 % déclarent être (encore) plus conscients de l'importance d'un secteur agricole local fort. Enfin, 33 % indiquent qu'ils attachent désormais une plus grande importance à l'origine des aliments.

En outre, de nombreuses personnes indiquent qu'elles ont pris plus de temps pour préparer leur propre nourriture pendant le confinement. Et certains sont même allés travailler dans leur propre potager pour la première fois.

De plus, une meilleure planification et des listes plus fréquentes ont été faites avant d'aller au supermarché. De cette manière, le consommateur a non seulement contribué à économiser les ressources, mais aussi son portefeuille.

Après la crise du corona

C'est peut-être clair : à cause de la crise du corona, nous avons commencé à manger plus localement et à être plus conscients de l'environnement. Et beaucoup de gens veulent continuer à le faire. Deux répondants sur trois à une enquête menée par des organisations de consommateurs dans 11 pays sont prêts à changer leurs habitudes alimentaires pour des raisons environnementales. Par exemple, 40 % des personnes interrogées (44 % en Belgique) déclarent avoir réduit ou même cessé de manger de la viande rouge pour ces raisons. De nombreuses personnes se tournent de plus en plus vers les burgers végétariens et d'autres alternatives végétariennes. Une enquête commandée par Fairtrade Belgium donne des chiffres allant dans le même sens : 42% des personnes interrogées disent opter plus souvent pour des produits locaux, 23% disent acheter plus souvent un produit du commerce équitable et 14% disent préférer les produits biologiques.

Cependant, même si la volonté est forte, il existe de nombreux obstacles auxquels les consommateurs doivent faire face s'ils veulent mettre en pratique leur intention de manger de manière plus écologique. Le plus gros problème semble être le prix : les aliments locaux ou biologiques sont souvent plus chers que les produits standard du supermarché. Mais beaucoup de gens soulignent également le manque d'information et le choix limité de produits respectueux de l'environnement.

Avez-vous mangé différemment pendant le confinement ? Plus local ? Avez-vous fait la cuisine vous-même plus souvent ? Ou tout simplement pas ? Participez à la discussion dans notre communauté en cliquant sur le lien ci-dessous.

Participez à la discussion

Voulez-vous manger plus local ou plus sain ? Voici quelques astuces pour vous y aider

  • Utilisez le Nutri-Score pour vérifier à quel point un produit est sain
  • Mangez des fruits et des légumes de saison en suivant notre calendrier
  • Diminuez le gaspillage avec ces quelques conseils
  • Mangez moins de viande et de poisson et plus souvent végétarien en appliquant ces recettes
  • Achetez plus souvent des produits frais et moins de produits transformés
  • Achetez en vrac
User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

1 Commentaires

trier par :
Vous n'êtes pas connecté. Se connecter
08-07-2020

Petite enquête perso au sein de l'organisation (remarquable!) des marchés de "La Ruche qui dit oui..." Si on pose qu'avant COVID, les producteurs locaux vendaient 100, pendant le COVID la demande est passée à 300 (X3 donc). Certains n'ont pas pu suivre la demande, d'autres bien. Et dès le premier jour du déconfinement ? Retour immédiat à ... 100. !
Dommage.
Certains espérent encore pouvoir 'remonter' à 130%. Mais aucun signe dans ce sens.
Compréhensible pour moi : les supermarchés ont fait des efforts gigantesques pro-BIO et pro-local. Et quand la vie professionnelle reprend, cela devient une question d'organisation, bien plus facile avec les grandes surfaces. Et leurs arguments prix, dans la conjoncture actuelle.
Un petit coup de pouce aux petits producteurs serait donc le bienvenu. Evidemment, c'est parfois en opposition avec l'obsession du prix le plus bas qui fait partie importante du succès de TA....

Community