L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Allégations nutritionnelles et de santé sur le gril

26 janvier 2018
allégations nutritionelles

Comment démêler le vrai du faux dans les allégations nutritionnelles et de santé que de nombreux produits affichent sans se soucier de la législation? Notre dossier les décrypte.

Autres affirmations

Superfood

On voit régulièrement apparaître sur l’emballage d’autres « affirmations » qui, légalement parlant, ne sont pas des « allégations ». Comme superfood. Il faut savoir que ce terme n’a aucune base scientifique. C’est du marketing pur et simple, et surtout sans définition précise. Le Service public fédéral (SPF) Santé Publique considère l’utilisation du terme « Superfood » comme une « allégation non spécifique ». Il faut y ajouter une allégation concrète, comme par exemple « riche en fibres », qui justifiera en quelque sorte l’utilisation du mot « superfood ».

Mais le mot apparaît à tort et à travers sur les emballages, souvent (bien que pas toujours) à tort. Si le produit contient une baie ou une céréale peu connue, il est vite affublé de la mention « superfood ». Songez aux baies de goji, de chia et de maqui, aux graines de pavot et de chanvre... Même s’ils sont parfois intéressants, ce ne sont pas là des produits miracles. En outre, ils sont généralement chers et, comme il s’agit souvent de produits exotiques, ne se conservent pas longtemps.
 

Le lait est bon pour tous

Une affirmation typique reprise sur bon nombre d’emballages concerne les bienfaits du lait. Les produits du rayon produits laitiers n’en ont pas l’exclusivité, d’ailleurs. Ces allégations sont également employées à tort et à travers pour vanter des céréales, des biscuits, de la poudre de cacao... Pensons par exemple à un produit présentant sur son emballage un personnage de dessin animé haut en couleur qui s’adresse spécifiquement aux enfants. Le produit se prévaut à cor et à cri de ses quantités de minéraux et de vitamines ajoutés, et promet en outre de renforcer les bienfaits du lait. Il solidifierait les os et stimulerait la mémoire et la capacité de concentration. Intéressant, non? Voilà autant de raisons, vous direz-vous, de choisir ce produit. Logique, à priori, sauf que l’aguichant emballage dissimule souvent un produit contenant une énorme quantité de sucre. Les profils nutritionnels interdiraient ce type d’allégation en raison de l’excès de sucre.

Les mots « multi-céréales » et « complet »

« Multi-céréales » et « complet » sont deux termes qui apparaissent sur un nombre croissant de produits. Tout comme « superfood », ils ne sont pas considérés comme des allégations et ne vous offrent aucune garantie (excepté en ce qui concerne le pain complet). L’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire et le SPF Santé Publique considèrent que ces termes ne font qu’indiquer un ingrédient. A tort, selon nous. De notre point de vue, il s’agit d’une allégation non spécifique à l’instar de celles du « superfood ». C’est pourquoi nous plaidons pour une définition stricte de ces termes pour l’ensemble des produits. De plus, on ne devrait pouvoir utiliser les termes « complet » et autres que si le produit contient une quantité minimale de farine de blé complet, et qu’elle soit mentionnée dans la liste des ingrédients.