L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Origine des aliments vendus en ligne: Delhaize, Colruyt et Carrefour toujours en dessous des exigences légales

28 avril 2021
Mention de l'origine sur les aliments vendus en ligne : nous rappelons à l'ordre Delhaize, Colruyt et Carrefour

Au début du mois d’avril, nous avions interpellé Delhaize, Colruyt et Carrefour, qui ne mentionnent pas toujours l’origine de produits alimentaires frais vendus sur leurs sites alors que c’est obligatoire. Les excuses qu’ils invoquent sont peu convaincantes et ne changent rien au fait qu’ils ne respectent pas la législation en cours. Vous avez le droit d’être informés correctement.

Ce n’est pas la première fois que nous interpellons des géants du commerce alimentaire pour leur rappeler les règles auxquelles ils sont tenus en matière d’information du consommateur, notamment pour les produits qu’ils vendent en ligne. 

Cette fois, nous nous sommes référés à l’étude réalisée par Pierre Ozer (ULiège) relayée par le magazine Le Vif du 25 mars dernier. Cette étude visait à vérifier les informations sur l’origine de produits alimentaires frais vendus en ligne par Delhaize, Colruyt et Carrefour. Le chercheur s'est plus particulièrement penché sur le cas des fruits et légumes, de la viande et de l'offre bio pour ces trois mêmes produits.

Si les résultats sont corrects pour l'origine de la viande qui est presque toujours mentionnée, ils sont en revanche très interpellants pour les autres produits: Delhaize ne fournit aucune information sur la provenance de ses fruits et légumes (même ceux de la gamme bio), elle n’est indiquée que dans 30 % des cas chez Colruyt et 83 % chez Carrefour. Pourtant, l'obligation légale d'indication de l'origine vaut autant pour les boutiques virtuelles que les magasins physiques. Elle s'applique pour toute une série de produits alimentaires, des fruits et légumes aux poissons, en passant par la viande.

Mais voilà, dans la réalité, le consommateur qui fait ses emplettes en ligne - ce qui est devenu hyper fréquent depuis la crise sanitaire -, est moins bien informé que celui qui se déplace en magasin. Une forme de discrimination qui n'a aucune justification et que nous ne pouvons que regretter. 

Locavorisme ou simple greenwashing ?

L'étude du chercheur de l'ULiège révèle également un autre aspect non moins problématique : la discordance entre le marketing (pub, presse) des distributeurs et la réalité quant à l'origine des produits. Ainsi, Delhaize déclare dans la presse que 90 à 95 % de sa viande est d’origine belge, or à l’analyse, Pierre Ozer montre que seulement 65,5 % de la viande de bœuf et 80, 5 % de celle de porc le sont. Idem chez Carrefour qui indique dans sa campagne « Act for Food » que 95 % de sa viande de bœuf est d’origine belge, alors que Pierre Ozer n’en relève que 55,8 % dans l'offre en ligne de ce distributeur. 

A l'heure où le consommateur, en locavore averti, désire consommer de façon plus réfléchie et favoriser les circuits courts, nous trouvons, en tant qu'association de consommateurs, qu'il n'est pas acceptable de faire des promesses soit fausses, soit non vérifiables. 

D'autant que Delhaize va plus loin encore aujourd'hui dans ses promesses en lançant (le 27 avril) une campagne marketing choc. Pendant un mois, l'enseigne change de nom et prend celui de Belhaize, contraction de Belge et de Delhaize. Une façon pour ce groupe de se positionner en tant que chantre des producteurs belges et soutient de l'économie locale. Or, comment vérifier que ces allégations sont vraies si la mention de l'origine des produits mis en vente n'est pas correcte ?

Des excuses qui n'en sont pas

Nous avons dès lors interpellé ces trois enseignes en leur demandant de se conformer à leurs obligations légales d’indication de l’origine des produits vendus sur leurs sites, mais aussi d'harmoniser leurs déclarations à la presse et dans leurs campagnes publicitaires avec la réalité - vérifiable - des produits proposés à la vente. 

Pour ce qui concerne la mention d’origine des produits alimentaires frais, les trois enseignes se défendent en affirmant qu’il leur est impossible techniquement (leur logiciel informatique ne le permettrait pas, semble-t-il) d’indiquer plusieurs pays d’origine sur le site, ce qui arrive pour certains produits. Argument difficilement recevable puisque sur le site de Carrefour France, par exemple, on retrouve des mentions correctes. Cela veut dire que les outils informatiques existent et sont disponibles. 

À cet argument, Delhaize en ajoute un autre : leur site ne serait pas une plateforme de vente en ligne, mais seulement une plateforme de collecte, ce qui pour nous relève plutôt de la mauvaise foi. 

Ces arguments ne changent de toute façon rien au fond : il existe un règlement européen très clair concernant l’information à donner au consommateur et il doit être respecté. 
Nous avons donc signalé tant à Delhaize, Colruyt et Carrefour que faute de changements rapides, nous déposerions plainte auprès de l’Inspection Économique.

 

 

 

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter