L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Fristi aussi adapte son emballage

01 septembre 2017
fristi

01 septembre 2017
Après que nous nous soyons plaints du caractère trompeur de l’emballage d’une célèbre boisson lactée, Fristi a procédé à une adaptation de ce dernier. Les mascottes ont disparu, et il apparaît de façon plus claire qu’il s’agit uniquement d’arômes de fruits rouges.

L’adaptation des emballages Fristi est non seulement une victoire sur la mention trompeuse de fruits sur l’étiquette, mais aussi contre le marketing ciblant les enfants. Les mascottes Izzy et Trixy ont disparu, "fruits rouges" a fait place à "saveur goût de fruits rouges" et des pommes ont été ajoutées à l’étiquette. Un pas dans la bonne direction, mais un pas insuffisant à nos yeux.

Le fruit comme alibi

Les illustrations de fruits sur l’emballage sont en effet encore trompeuses, étant donné que ces boissons ne contiennent que 2% à peine de jus de fruit, mais contiennent bel et bien des sucres ajoutés, des colorants et des arômes.

Qui lit les petits caractères sur la liste des ingrédients constatera que Fristi contient essentiellement du jus de pomme et du jus de sureau, avec des quantités négligeables de jus de cerises (0,01%), fraises (0,01%) et de framboises (0,01%).

Faux fruits

Les fruits rouges sont en effet onéreux et se laissent facilement imiter par une multitude d’arômes et de colorants bon marché. Vous en avez la saveur et le parfum, mais pas les avantages des vrais fruits. Toutefois, Fristi n’est pas le seul à se rendre coupable de telles pratiques: d’autres boissons lactées similaires contiennent à peine 1 à 2% de jus de fruit et affichent des teneurs en sucre pouvant atteindre 13,5%.

Nous estimons qu'il est inadmissible que des pourcentages aussi ridiculement bas soient utilisés comme alibi pour illustrer des fruits sur l’emballage ou dans la dénomination. Même si les fruits sont illustrés dans un plus petit format que par le passé et que l'intitulé soit devenu "avec le goût de...", l’emballage n’en demeure pas moins trompeur pour le consommateur.


Imprimer Envoyer par e-mail