L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

L'étiquetage de l'origine de la viande ne va pas assez loin

21 février 2014
étiquetage origine viande

21 février 2014

Cela fait longtemps déjà que nous plaidons pour un meilleur étiquetage de l'origine de la viande fraîche. Le Parlement européen est lui aussi désormais de notre avis, mais ne peut pas contraindre la Commission européenne à durcir son nouveau règlement. De quoi être induit en erreur quant à ce qui atterrit dans votre assiette…

Les scandales de la viande de cheval ont mis en lumière l'importance de la traçabilité et d'un étiquetage fiable. Il semble qu’il faille en arriver à de telles dérives pour obtenir de véritables avancées. Ainsi, les trois stades d'origine doivent désormais figurer sur la viande de bœuf (fraîche et congelée) : pays de naissance, pays d'élevage et pays d'abattage. Avec un petit merci au passage à la maladie de la vache folle !

Une indication de l'origine qui peut être trompeuse !

Pour la viande de mouton, de chèvre, de porc et de volaille, le nouveau règlement de la Commission européenne consacre en revanche des normes moins strictes que pour la viande de bœuf. Pour la Commission, la mention du pays d'élevage et du pays d'abattage suffit. Une position qui n’est pas la nôtre tant nous avons expliqué à maintes reprises à quel point l'étiquetage obligatoire du lieu de naissance de l'animal était important.

Ainsi, la viande pourra donc, à partir du 1er avril 2015, être étiquetée comme élevée dans l'UE, même s'il ne s'agit que d'un séjour d'un mois dans le cas de poulets ou de quatre mois pour les porcs. C’est mensonger et intolérable. Pour la viande hachée, la simple mention "UE" ou "non-UE" pourrait même suffire comme étiquetage de l'origine, ce qui est tout aussi inacceptable.

Une des raisons invoquées par la Commission pour justifier sa décision est qu'une extension des règles provoquerait une hausse des prix, ce qui constitue un argument creux. Le prix de la viande de bœuf est en effet resté relativement stable après le renforcement de l'étiquetage.

Protestation du Parlement européen

Heureusement, des parlementaires européens ont protesté contre le nouveau règlement. Comme nous, ils ont demandé d'adapter le règlement actuel en fonction des règles strictes en vigueur depuis 2002 pour la viande de bœuf. Leur résolution a été approuvée la semaine dernière par le Parlement européen, mais n'est pas contraignante.
Le Parlement ne peut donc pas forcer la Commission à retirer le règlement et la seule option consiste dès lors à contester celui-ci devant le juge!


Imprimer Envoyer par e-mail