L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Adopter le jeûne ou le proscrire?

06 janvier 2020

Jeûner pour se sentir bien, léger et se débarrasser de quelques kilos au passage. Tentant, n’est-ce pas? Pourtant, le jeûne peut comporter des risques.

Le jeûne a la cote. L’idée d’arrêter de manger et de ne boire que de l’eau ou des tisanes pendant un certain laps de temps est même véritablement tendance. Plusieurs variantes existent: on peut jeûner plusieurs heures par jour, voire un jour sur deux. Certains en ont même fait un business en proposant des cures de jeûne de 3 à 7 jours, souvent au grand air et encadrées par d’autoproclamés thérapeutes.

Nettoyer son organisme

Ceux qui le promeuvent font passer le jeûne pour un processus purificateur tant pour le corps que pour l’esprit. Ne pas manger permettrait de récupérer de la vitalité et de nettoyer son organisme en profondeur. Les pensées seraient clarifiées. L’état émotionnel et psychologique se verrait amélioré. C’est aussi un moyen pour certains de perdre du poids rapidement.

Ce qu’il en est en réalité

La recherche scientifique s’est déjà penchée sur les bénéfices potentiels du jeûne, notamment chez les personnes malades. Plusieurs études menées sur des patients atteints d’un cancer, ou souffrant de fibromyalgie, ou encore d’obésité ont, par exemple, montré que le jeûne pourrait être bénéfique à l’organisme, notamment en termes de résistance au stress oxydatif. 

Toutefois, les évaluations à long-terme sont manquantes ou imprécises. Le jeûne est rarement isolé; on ne sait donc jamais si c’est réellement le jeûne qui a amélioré la situation ou si c’est le traitement pris par le patient. Il est également intéressant de noter qu’aucune de ces études n’a été menée sur une population saine. Il est donc prématuré de tirer des conclusions et de faire une généralité.

À l’heure actuelle, le jeûne n’est recommandé que dans de très rares cas: perdre du poids avant une opération, en cas de maladie intestinale grave ou encore comme régime de soutien en cas d’insuffisance rénale, et cela sous surveillance médicale.

Risques et précautions

Si vous voulez tenter l’expérience, un jeûne de quelques heures ne comporte pas de réels risques. Au-delà de 3 jours en revanche, les jeûnes peuvent être dangereux, car ils entraînent une carence en nutriments essentiels et une perte musculaire (trop) rapide. S’ils sont pratiqués, ils doivent donc l’être sous contrôle médical, voire en milieu hospitalier. Sachez également que les kilos perdus seront rapidement récupérés, car l’organisme stockera plus d’énergie lorsque vous remangerez, et d’autant plus que vous aurez très faim lors de ce premier repas.