L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Le Belge devrait maigrir

01 avril 2010
Le Belge devrait maigrir

01 avril 2010

Les résultats de l'enquête de santé nationale 2008 sont sans pitié: nous sommes de plus en plus gros, et nos enfants aussi.

Selon les résultats de l'enquête nationale de santé 2008 (la quatrième depuis 1997) nous sommes de plus en plus gros. L'enquête a été réalisée entre mai 2008 et juin 2009 auprès de 11250 Belges de 159 communes.

Près de la moitié des adultes belges sont trop gros

Selon le rapport, pas moins de 47% de la population adulte (à partir de 18 ans) présentent un indice de masse corporelle (IMC ou Body Mass Index, BMI) de 25 ou plus, ce qui correspond à une surcharge pondérale. Parmi ceux-ci, quelque 14% sont véritablement obèses, avec un BMI supérieur à 30. Le BMI moyen en 2008 s'élevait à 25,3. En moyenne, le Belge est donc trop gros.
Le BMI moyen est plus élevé chez les hommes (25,8) que chez les femmes (24,8). Les hommes semblent donc souffrir un peu plus de surcharge pondérale que les femmes (respectivement 54 et 40%), alors qu'il n'y a pas de différence entre les deux sexes en ce qui concerne l'obésité.
Le niveau de formation est plus déterminant que le sexe: le BMI moyen est le plus élevé parmi les moins qualifiés: 58% des moins qualifiés sont en surcharge pondérale, dont 20% d'obèses.
Le BMI moyen augmente également avec l'âge, même si une diminution est ensuite visible à partir de 65 ans. À partir de la catégorie d'âge des 45-54 ans, plus de la moitié de la population est en surcharge pondérale. Parmi les 55 à 64 ans, une personne sur cinq est réellement obèse.

Plus d'un enfant sur cinq âgé de 5 à 9 ans est en surcharge pondérale

Pas moins de 18% des enfants âgés de 2 à 17 ans inclus sont en surcharge pondérale, la répartition entre les sexes étant la même. Ce chiffre est même de 22% dans la catégorie d'âge de 5 à 9 ans.
Il s’agit là d’un élément important dans la mesure où la surcharge pondérale chez les enfants contribue à l'épidémie de surcharge pondérale chez les adultes. Autrement dit, un enfant en surcharge pondérale aura beaucoup de "chances" de l'être également à l'âge adulte.

Avenir peu réjouissant

Par rapport aux trois enquêtes de santé précédentes (1997, 2001 et 2004), tant le BMI moyen que le pourcentage de surcharge pondérale chez les adultes belges ont augmenté de manière linéaire. En 1997, 41% des adultes interrogés étaient trop gros, contre 44% en 2001 et 2004 et 47% aujourd'hui donc.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le pourcentage d'hommes belges en surcharge pondérale atteindrait 54% en 2010, mais selon les données de cette enquête de santé, ce chiffre a déjà été atteint en 2008.

La principale raison de ces chiffres semble être un style de vie peu sain: nous buvons et mangeons trop de mauvaises choses et nous ne faisons pas assez d'exercice physique.

Le message est donc clair: il faut sensibiliser davantage les gens à l'importance de manger sainement et de pratiquer une activité physique, et libérer les moyens nécessaires pour atteindre cet objectif et s'y maintenir.


Imprimer Envoyer par e-mail