L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Œufs au fipronil : transparence et cohérence svp!

22 août 2017
Fipronil dans produits alimentaires

22 août 2017
Entretemps, des aliments transformés avec des traces de fipronil apparaissent. La quantité reste en deçà du seuil de sécurité, pourtant, dans certains pays, une liste des produits suspectés a été publiée. Ce n’est pas le cas en Belgique… Nous pensons cependant que le consommateur doit être informé.

L’insecticide fipronil ne peut pas être utilisé auprès d’animaux destinés à la chaîne alimentaire. C'est pourtant ce qu'il s'est passé. Et la matière ne se retrouve pas seulement dans les œufs, mais aussi dans des aliments transformés. Curieusement, la gestion de cette crise diffère d’un pays à l’autre…

Les voisins le font, pourquoi pas nous ?

La semaine passée, en France, une liste d'aliments contenant du fipronil a été publiée et est mise à jour systématiquement. Bien que le seuil de 0,72 mg/kg ne soit pas dépassé et que cela ne représente donc pas un risque pour la santé publique, ce pays a fait le choix de la transparence vers le consommateur.

La liste française (fichier PDF) contient par exemple des frangipanes Lotus provenant de Belgique et contenant des traces de fipronil.

Or, cette liste n’existe à l'heure actuelle toujours pas chez nous. De quoi la Belgique a-t-elle peur? Pourquoi s’obstine-t-on à taire cette information?

En ce qui concerne les œufs, dans notre pays, il n’y a eu à présent qu’un rappel d’un code pour lequel le seuil de sécurité a été dépassé : 3BE3114. 

L’AFSCA affirme qu'aucun aliment transformé ne présente de danger pour la santé publique jusqu'à nouvel ordre. Vous ne pouvez donc malheureusement pas, en tant que consommateur, décider par vous-même d’ingérer ou de renvoyer au magasin un produit contenant du fipronil. 

Encore beaucoup de questions sans réponse…

Nous suivons l’affaire fipronil depuis le début. Le 7 août, nous publiions une liste de 6 questions que se posent les consommateurs. Une partie de ces questions reste sans réponse. Faisant suite aux commissions conjointes Economie & Agriculture et Santé Publique du 9 août à la Chambre, nous avions publié un bon nombre de préoccupations

  • Comment ce produit a-t-il pu être commercialisé pendant si longtemps sans autorisation?
  • Comment se fait-il que personne n’ait songé à tester ce prétendu "produit miracle"?
  • Pourquoi l’AFSCA a-t-elle tant tardé à informer le ministre compétent et les autres états membres alors que le principe de précaution l’exigeait? 
  • Comment se fait-il que le fipronil n’ait pas été sous les radars plus tôt et n’ait été découvert que par une simple coïncidence?
  • Quel est l’impact des coupes dans le budget de l’ASFCA prévues par le gouvernement Michel, sur son fonctionnement actuel et futur?
  • Comment améliorer la communication de l’AFSCA vers les consommateurs? 

Et on en passe… Dans ce dossier d’importance pour les consommateurs nous demandons des réponses claires pour pouvoir tirer des leçons pour l'avenir.



Imprimer Envoyer par e-mail