L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

K. Van Noppen ne reposera pas en paix tant que la cellule "hormones" sera menacée

20 février 2015
karel van knoppen cellule hormones

20 février 2015

Cela fait 20 ans, jour pour jour que Karel Van Noppen a été assassiné par la mafia des hormones. Pourtant, impossible de savoir avec certitude si la cellule "hormones" sera maintenue. Nous nous en indignons parce que le problème des hormones demeure et que les produits utilisés sont plus difficiles à détecter que jamais.

Cela fait 40 ans que nous attirons l’attention sur l'utilisation illégale d'hormones de croissance dans l'élevage du bétail, à l'aide d'articles et de tests. La problématique n'a pas vraiment été prise au sérieux d'entrée de jeu, mais le gouvernement a, tout de même, fini par prendre des mesures suite à la découverte de laboratoires clandestins.

Le thème a longtemps dominé l'actualité suite au meurtre du vétérinaire Karel Van Noppen, il y a aujourd'hui exactement 20 ans. S'en est suivie la mise sur pied par la Police Fédérale d'une cellule "hormones" pour combattre la mafia responsable et la création dans la foulée de la Fondation Karel Van Noppen par son frère Flor Van Noppen.

En 2009, nous avons reçu le "Prix Karel Van Noppen" pour notre "engagement incessant à fournir à la population des informations indépendantes et correctes concernant la santé et les aliments sains". Aussi nous avons été indignés d'apprendre, l'année dernière, l'intention de la Police Fédérale de dissoudre la cellule "hormones". Et, à l’heure actuelle, l'incertitude plane toujours sur le maintien ou non de cette cellule.

De nos jours, les hormones font moins la une des journaux, mais le problème demeure. Les produits administrés sont plus difficiles à détecter que jamais et la meilleure méthode pour combattre leur utilisation illégale reste les contrôles chez l'éleveur (constatation de l'utilisation sur place et dissuasion). Soit des actions que seule une équipe spécialisée telle que la cellule "hormones" est capable de réaliser.

Cette raison seule suffit à justifier son maintien et il est temps clarifier les intentions. D'autant que la Belgique a toujours été un précurseur dans la lutte contre les hormones. La lutte pour la sécurité alimentaire et contre la fraude doit être une priorité absolue pour notre gouvernement.



Imprimer Envoyer par e-mail