News

Dites “non” à l’usage routinier d’antibiotiques dans la viande!

18 novembre 2016
Viandes aux antibiotiques

18 novembre 2016
L’utilisation d’antibiotiques reste, en Belgique, plus courante que dans les pays voisins, avec tous les risques potentiels que cela engendre. Participez à notre grande action par e-mail pour l’interdiction des antibiotiques superflus.

L’utilisation préventive d’antibiotiques reste, hélas, habituelle dans l’industrie belge de la viande et on en paie les conséquences. Plus il y a d’antibiotiques, plus les bactéries développent rapidement une résistance. Cette semaine est dédiée au bon usage des antibiotiques, raison de plus pour exiger encore une fois un usage responsable de ceux-ci.

#AntibioticsOffTheMenu #Antibiotiquespasaumenu

La résistance aux antibiotiques est l’une des plus grandes menaces pour la santé publique mondiale. Les antibiotiques ne resteront le moyen de sauver des vies que s’ils sont utilisés de manière plus économe et plus prudente. Sans action urgente, les banales infections, les interventions simples et les petites blessures redeviendront à nouveau mortelles.

Dans le cadre d’une campagne mondiale avec Consumers international, nous menons, depuis quelques temps, une action vous permettant d’avoir voix au chapitre. Via le module ci-dessous, vous pouvez envoyer des e-mails aux sièges belges de McDonald et de Quick (et bientôt de Burger King) en les enjoignant de renoncer au recours superflu d’antibiotiques dans leurs chaînes de production, comme McDonald l’a déjà promis aux USA et au Canada. Pour le moment, le compteur en est à environ 500 e-mails. Vous pouvez rendre notre action plus forte encore! 

Participez à notre grande action e-mail!

L’usage insouciant est dangereux

Notre récent test sur des filets de poulet confirme à nouveau que notre viande contient trop de bactéries résistantes aux antibiotiques. Environ la moitié de tous les antibiotiques produits dans le monde est utilisée dans la production industrielle de viande et souvent d’une façon incorrecte: comme facteur de croissance (hors UE car ce n’est à présent plus autorisé au sein de l’UE) ou pour prévenir des maladies, au lieu de guérir des maladies.

Malgré les appels répétés aux autorités, aux acteurs des soins de santé et à l’industrie de la viande pour réduire l’usage d’antibiotiques, les améliorations se font attendre.. La résistance aux antibiotiques comportede grands risques pour la santé publique, et aussi longtemps que l’usage des antibiotiques sera routinier, la situation empirera.


Imprimer Envoyer par e-mail