L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Traités transatlantiques : dites non avec nous

14 octobre 2015
traité transatlantique

14 octobre 2015

"Autoriserez-vous la signature du premier traité transatlantique, qui menace nos emplois, nos droits, notre santé et notre démocratie?" C’est la question posée aux autorités compétentes. Exprimez-vous: signez la pétition.

Un an après la conclusion du traité CETA (l'accord économique et commercial UE-Canada), syndicats, mutualités, organisations de défense des consommateurs et ONG s’y opposent toujours. A ce jour, les institutions européennes n’ont pas confirmé le calendrier d’approbation de ce traité, mais les gouvernements des Etats membres pourraient être amenés, dans les six prochains mois, à prendre une décision. Il est donc encore temps d'agir.

Trop de risques pour trop peu de certitudes

Tandis que le traité UE-USA (TTIP) est encore en cours de négociation, plusieurs de ses impacts sociaux, environnementaux et antidémocratiques pourraient déjà se ressentir dans un avenir proche, si l'autre traité transatlantique, le CETA (UE-Canada), entrait en vigueur. Celui-ci vise essentiellement les règlementations des activités économiques considérées comme des obstacles au commerce et pourrait sérieusement limiter la marge de manœuvre de nos institutions démocratiques.

Santé, protection de l’environnement, droits des travailleurs et des consommateurs… La règlementation dans tous ces domaines risque d’être affaiblie. La possibilité d’interdire certains additifs ou la garantie de l’accès à des soins de santé abordables, pour ne prendre que ces exemples, pourrait être remise en cause. Mentionnons aussi l’affaiblissement de l’ambition européenne de protéger notre planète et la prévision d’une perte nette de dizaines de milliers d’emplois en Belgique.

Pour nous, il est essentiel que le niveau élevé de protection des consommateurs qui existe actuellement ne soit pas remis en cause. Or, ces deux traités font peser de trop nombreux risques.

C’est pourquoi, fin septembre, une large coalition de la société civile belge, dont Test-Achats faisait partie, a remis aux autorités compétentes une lettre ouverte, en présence de la presse, leur rappelant que les citoyens les regardent et leur demandant d'empêcher la signature de ce traité qui affaiblirait notre démocratie et nos droits.


Imprimer Envoyer par e-mail