News

Votre alimentation en 2010 : les mêmes problèmes reviennent

27 janvier 2011
votre alimentation

27 janvier 2011

En 2010, Test-Achats a contrôlé près de 600 denrées alimentaires et/ou commerces d’alimentation. Une évolution positive est possible; beaucoup d'efforts étaient à faire.

En 2010, Test-Achats a contrôlé près de 600 produits alimentaires et/ou commerces d’alimentation. Un tiers d’entre deux ont obtenu des résultats médiocres ou mauvais.

Exception faite de quelques avancées favorables, l’industrie et la distribution alimentaires restent en effet affligées des mêmes maux: un étiquetage plus trompeur qu’informatif et des produits inacceptables sur le plan de la composition. Et la sécurité alimentaire est souvent mise à mal par les températures de conservation trop élevées.

Des efforts sont à faire

Le récapitulatif 2010 démontre cependant qu’une évolution positive est possible si tous les intervenants consentent les efforts requis. Test-Achats s'est concentrée sur cinq piliers :

  1. Le moins possible de résidus, d’additifs et d’arômes 
  2. Des produits sains, authentiques et savoureux 
  3. Un étiquetage correct 
  4. Conformité à la loi 
  5. Bon rapport qualité-prix 

Pour chacun de ces critères, nous avons examiné un certain nombre de produits. Restes-il des pesticides sur les fruits? Les frites vendues en friterie sont-elles trop grasses? Les moules de Zélande proviennent-elles vraiment de Zélande? Parfois les résultats sont positifs, parfois moins.

Nous exigeons une législation adéquate, des contrôles suffisants, des sanctions sévères et un plus grand sens des responsabilités. Test-Achat espère que le nouveau Plan Nutrition Santé défini pour la période 2011-2015 assurera ce changement de cap attendu depuis si longtemps.

Enquêtes alimentaires: résultats décevants

Les dernières enquêtes dans Test-Achats et dans Test-Santé sont consacrées au sel caché et aux températures de conservation. Hélas, les résultats sont très décevants.

Le Belge ingère en moyenne près de deux fois plus de sel que les 5g par jour recommandés par l’OMS. Seuls le pain et les céréales pour petit-déjeuner affichent des teneurs en sel moyennes inférieures à celles d’il y a 6 ans. Pour toutes les autres catégories de produits, les taux moyens étaient égaux ou supérieurs à ceux relevés lors de la précédente étude. Test-Achats relève par ailleurs que les teneurs en sel inscrites sur l’emballage ne correspondent souvent pas à la réalité.

Nous avons aussi visité 94 points de vente et contrôlé la température de conservation de 195 denrées périssables. 49 % des échantillons analysés étaient conservés à une température supérieure aux limites définies par la loi!

Cette situation réclame des mesures plus énergiques de la part des pouvoirs publics: une législation sans faille, des contrôles suffisants et des sanctions sévères en cas d’infractions. Une mission complexe pour l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA), fondée il y a juste un peu plus de 10 ans.


Imprimer Envoyer par e-mail