News

Coronavirus: aidez-nous à traquer les charlatans

30 mars 2020
Fake news Coronavirus charlatans

De nombreuses sociétés ont senti le bon filon et profitent de la crise du coronavirus pour vendre des produits inutiles, contrefaits ou bien trop chers. Nous voulons dénoncer ces fraudeurs. Pour cela, nous avons besoin de votre aide.

 

Certaines entreprises, boutiques en ligne - voire organisations criminelles - profitent de l'anxiété généralisée liée à la crise du coronavirus pour tenter de vendre des médicaments contrefaits, des compléments alimentaires inutiles, ou encore pour faire payer des prix exorbitants, par exemple pour des masques buccaux ou tout autre équipement de protection.

La semaine dernière, Didier Reynders, notre Commissaire européen en charge de la Protection des consommateurs, a lancé un appel à traquer ces publicités fallacieuses et à bannir les escrocs qui sévissent via les réseaux sociaux, les moteurs de recherche, les «market places» et autres plateformes internet, qui avaient jusqu'au vendredi 27 mars pour se mettre en ordre.

Nous voulons, nous aussi, mettre fin à ces escroqueries. Et nous vous demandons de nous y aider: si vous constatez que la crise du coronavirus fait toujours l'objet d'abus, faites-le nous savoir. Nous pourrons ainsi mener l'enquête et prendre des mesures, si nécessaire. Que pouvez-vous nous signaler?

  • Des allégations trompeuses, par exemple sur des compléments alimentaires qui protégeraient contre le coronavirus
  • Des prix excessifs pour, par exemple, des masques de protection, des gants ou du gel désinfectant pour les mains
  • Des sites internet proposant de faux médicaments ou d'autres produits contrefaits comme des masques buccaux.
 

Voici quelques conseils à garder à l’esprit avant de prendre ces affirmations pour argent comptant et de les partager.

Gare aux faux experts 

Ne partez pas du principe qu’une personne se prévalant du titre d’expert l’est réellement. Pour le moment, différents sites, tels que celui-ci, renvoient par exemple vers un certain Dr. Andrew W. Saul. Cet «expert international dans le domaine de la thérapie par les vitamines» conseille des doses élevées de vitamine C pour se protéger du coronavirus. Rien ne prouve que cela soit efficace.

Sur Quackwatch, cette personne est mentionnée comme faisant partie d'ardents défenseurs de méthodes controversées. Ce n’est donc pas vraiment la source la plus fiable qui soit. Et certainement pas une personne à considérer comme un expert du coronavirus.

Ne partez pas non plus du principe qu’une personne mise en avant en tant qu’autorité existe réellement. Citer des experts qui n’existent pas est une stratégie fréquemment utilisée pour diffuser de fausses informations. On ne trouve ainsi aucune trace d’experts chinois qui, sur une récente chaîne numérique, préconisent le recours à l’eau citronnée chaude pour lutter contre le coronavirus, signale Factuel, le site de fact-checking de la très sérieuse agence de presse AFP. L’université dans laquelle l’un de ces soi-disant experts travaillerait n’existe même pas.

Méfiez-vous des faux sites d’information

De nombreux sites internet qui propagent des rumeurs sur le coronavirus, comme Medias-press.info et Natural News, ont la réputation d’être de faux sites d’information. Il suffit de saisir leur adresse URL dans Google, en même temps que le mot-clé « fausse info », « fake news » ou encore  « hoax », pour voir directement apparaître de nombreux avertissements. 

Notre conseil : sur Hoaxbuster, le Décodex du journal Le Monde et le site mediabiasfactcheck.com, vous pouvez voir s’il s’agit d’un site web fiable ou non. En voici un exemple, avec son décodage. Malheureusement, tous les sites ne sont pas systématiquement évalués. 

Caractéristique de ces faux sites d’information, ils se profilent souvent comme une source «d’information différente» et ont recours à un langage et des illustrations à forte charge émotionnelle. Vous y trouverez également différentes théories du complot.

Ne croyez pas les boutiques en ligne

Première question à se poser en tant que consommateur : ce site a-t-il quelque chose à me vendre ? Si c'est le cas, mieux vaut prendre les allégations avec des pincettes. En ces moments anxiogènes pour cause de pandémie, des marchands perçoivent clairement une opportunité de gonfler leurs chiffres de vente. 

Certaines boutiques font la promotion de différents compléments alimentaires contre le coronavirus, alors que rien n’a été prouvé quant à leurs effets. La boutique en ligne Energetica Natura proposait, par exemple, différentes sortes de compléments alimentaires, ainsi que des produits à base d’argent colloïdal contre le coronavirus, alors qu'il n'est pas du tout prouvé que cela ait le moindre effet.

Certains de ces remèdes peuvent même être nocifs. Entre-temps, suite à cette publication, la société a supprimé ses allégations mensongères, ce que nous saluons.

On a aussi vu une boutique en ligne vanter les effets protecteurs de la vitamine C.

 

Une société qui avait récemment flairé la bonne affaire en lançant une boutique en ligne de masques buccaux, et en en faisant, à tort, la publicité comme si c'était la meilleure protection contre le coronavirus, a été mise hors ligne. Le quotidien Het Laatste Nieuws s'en est notamment fait l'écho.

Voici comment reconnaître une boutique en ligne douteuse et des produits contrefaits.

 

Vérifiez si un fact-check a déjà eu lieu

Les organisations en charge de la vérification des faits et les médias classiques se livrent actuellement à des heures supplémentaires pour vérifier les allégations sur le coronavirus. Il est fort probable que les allégations au sujet desquelles vous vous posez des questions aient déjà été vérifiées. Saisissez plusieurs mots clés sur Google accompagnés du mot « fact-check » pour vous en assurer.
  • Non, boire de l'eau chaude citronnée n'aide pas à lutter contre le coronavirus (cf. AFP Fact Check).
  • Non, la prise de fortes doses de vitamine C n'aide pas à arrêter le coronavirus (cf. Politifact).
  • Non, l'eau bouillie avec de l'ail n'aide pas à lutter contre la contamination par le coronavirus (cf. Snopes).
  • Non, l'eau de Javel industrielle n'est pas un bon remède contre le Covid-19 (cf. Factcheck.org). Et certainement pas la... cocaïne!

Laissez-vous guider par des sources fiables

Sur le site de l'OMS, vous trouverez un aperçu des différents mythes qui circulent au sujet du coronavirus. 
Les informations officielles de nos pouvoirs publics au sujet du coronavirus peuvent être suivies sur le site Web www.info-coronavirus.be.
Pour des infos fiables sur le coronavirus, vous pouvez également consulter notre site Web.