News

Voici pour qui - et quand - les masques buccaux sont réellement utiles

01 avril 2020
Pour qui et quand les masques buccaux sont-ils utiles ?

Les masques buccaux sont de plus en plus présents en rue, et les médias les évoquent également à maintes reprises. Malheureusement, il n’est pas rare que les informations se contredisent. Est-il sensé de porter un masque buccal et, dans l’affirmative, quel type de masque et quand? Suivez le guide. 

Le coronavirus se transmet via les gouttelettes qui se libèrent dans l’air lorsqu'on éternue, tousse ou parle. On pourrait donc penser que n’importe quel masque est en mesure d’arrêter de telles gouttelettes. C’est toutefois loin d’être le cas. Le masque respiratoire offre une protection complète. Il est par contre strictement réservé au personnel hospitalier en raison de sa rareté. Le masque chirurgical, lui, n’écarte qu’une partie des gouttelettes. 

Une barrière contre la toux et les éternuements

Le masque chirurgical, tel que porté par les chirurgiens en salle d’opération, freine les grosses gouttelettes. Le masque forme une barrière physique. Il est donc conseillé pour les patients contaminés par le virus SARS-COV-2 ou présentant les symptômes d’une telle contamination, ainsi que pour les soignants à domicile.

Et pour les personnes saines?

Ces derniers temps, de nombreux avis contradictoires circulent à ce sujet. Ce que nous savons avec certitude, c’est qu’un masque chirurgical ne suffit pas, en soi, à empêcher une personne saine d’être contaminée par le virus. En effet, un tel masque ne bloque pas toutes les particules virales. Il n’épouse pas parfaitement la forme du visage. En outre, les trous dans le tissu sont si grands que les petites particules virales parviennent à les traverser.

Quoi qu’il en soit, une bonne hygiène des mains et la distanciation sociale sont nettement plus importantes en termes de prévention. Les gouttelettes libérées lors de la toux, des éternuements ou des discussions peuvent en effet atterrir sur les poignées de porte, les tables, les claviers... Si vous les touchez alors que vous êtes une personne saine et que vous vous touchez ensuite le visage (ce qui arrive fréquemment de manière inconsciente), vous pouvez vous contaminer.

Faux sentiment de sécurité

Si nous portions tous un masque, cela pourrait générer un faux sentiment de sécurité, de sorte que les mesures en matière d’hygiène des mains et de distanciation sociale pourraient être prises à la légère. Nous pourrions, hélas, en faire les frais et même entraîner une augmentation du risque de contamination. 

S’ajoute à cela le fait que de tels masques chirurgicaux doivent être réservés à ceux qui en ont véritablement besoin, comme les patients (supposément) contaminés et le personnel soignant en dehors de l’hôpital qui entre en contact avec de tels patients.

À vos machines à coudre!

Et si vous sortiez (si ce n'est déjà fait) votre machine à coudre du placard? Le SPF Santé publique a diffusé un message comprenant un modèle et un mode d'emploi afin de pouvoir réaliser soi-même des masques buccaux. Vous verrez que c'est en néerlandais, mais le patron et les photos sont très faciles à comprendre. Vous préférez en français? Cet autre site donne aussi de chouettes informations, qui sont également validées par le SPF Santé publique (descendez tout en dessous de la page et cliquez sur "téléchargez modèle et procédure". Il vous suffit ensuite d'enregistrer le pdf sur le bureau de votre ordinateur pour garder le modèle à portée de souris).

Ces masques sont certes de moins bonne facture que les masques chirurgicaux. Ils n'en constituent pas moins une barrière physique contre les grosses gouttelettes, et ils réduisent la probabilité que vous vous touchiez le visage avec les mains.

Si vous portez un tel masque, n’en respectez pas moins les règles en matière d’hygiène des mains et de distanciation sociale. Veillez toutefois à ce que le masque épouse les formes du visage et vous couvre le nez et la bouche. Lavez-vous immédiatement les mains à l’eau et au savon avant et après utilisation et ne touchez pas le masque avec les mains, uniquement les cordons.

Si votre masque est en coton ou en lin, lavez-le quotidiennement à la température la plus élevée possible (au moins à 60°C – mais de préférence à 90°C) ou faites-le bouillir dans une casserole pendant 5 minutes. Laissez ensuite sécher complètement avant la prochaine utilisation. Un repassage à chaud des deux côtés peut accélérer le processus de séchage. Si votre masque est fait d'un tissu synthétique qui ne peut pas être lavé et repassé à des températures élevées, placez ou accrochez le masque à l'air libre pendant au moins 3 jours (par exemple, sur la corde à linge). Passé ce délai, le virus devrait avoir disparu de lui-même. Ensuite, lavez-le à 40°C et séchez-le dès que possible. Plusieurs conseils circulent sur les réseaux sociaux pour désinfecter les masques tels que mettre votre masque au four (à micro-ondes) ou dans le congélateur, le vaporiser d'alcool ou de javel ou encore utiliser de la vapeur d’eau. Ces conseils ne sont pas efficaces ou risquent d’endommager votre masque. C'est pourquoi nous les déconseillons.

Et pour le personnel hospitalier?

Les masques respiratoires procurent une protection nettement supérieure. Ils filtrent en effet l’air inspiré et expiré et constituent une barrière contre les virus. De ce fait, la respiration avec ce genre de masque est aussi plus pénible. Il est donc pratiquement inutilisable au quotidien.

Ces masques offrent une protection uniquement s'ils sont utilisés correctement: il doit bien s'adapter à votre arête nasale et au contour de votre bouche. Il faut également le mettre et le retirer en respectant les normes d’hygiène. 

En ces temps de crise, les masques respiratoires se font rares. Il est donc important de les réserver au personnel soignant dans les hôpitaux où des patients contaminés sont soignés, et aux laboratoires où le matériel biologique de ces patients est analysé. 

Les deux sortes de masques buccaux

 

Exclusivité membre Testachats santé

Obtenez un accès exclusif à cet article

Offre unique.
1 mois d'accès gratuit à toutes les informations.


Je m'inscris et j'obtiens 1 mois d'accès gratuit