L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Réponse d’expert

Comment gérer le stress lié au coronavirus?

23 mars 2020

Le coronavirus ne menace pas seulement notre intégrité physique, il pose également un défi considérable sur le plan émotionnel. Comment diminuer le risque d’être affecté mentalement? Le Dr. Leentje Vervoort, psychologue et scientifique à l’université de Gand, nous prodigue ses conseils. 

Insécurité, messages alarmistes, danger de contagion qui guette partout, confinement obligatoire, train-train quotidien qui vole en éclat... Pas facile pour tout le monde d’affronter ces facteurs de stress.

Une étude récente montre que nous ne devons pas sous-estimer les conséquences de la quarantaine. Les personnes qu’une épidémie contraint à l’isolement souffrent souvent de troubles psychologiques tels que l’anxiété, l’ennui, l’irritabilité, la frustration et une humeur dépressive.

Comment diminuer le risque d’être affecté mentalement? Leentje Vervoort, psychologue et scientifique à l’université de Gand, nous prodigue ses conseils.

1. Suivre l’actualité? Oui, mais sans exagérer

« Nous ressentons naturellement le besoin de garder un œil attentif sur tout danger potentiel auquel nous faisons face. Quand nous nous sentons menacés, beaucoup d’entre nous avons tendance à traquer la moindre information sur ce qui les inquiète. Mais si l’on ne fait rien d’autre, nos angoisses peuvent devenir incontrôlables. N’exagérez donc pas: imposez-vous par exemple de regarder le journal trois fois par jour, et de ne jeter un coup d’œil aux réseaux sociaux qu’une fois par heure maximum. Et n’oubliez pas: ne consultez que des sources dont la fiabilité est certaine. Ne consultez pas les sites douteux dont le modèle d’affaires s’appuie sur la culture de la peur: vous inquiéter plus encore que vous ne l’êtes déjà. »

[Comment distinguer les sources fiables des sources mensongères? Consultez nos conseils]

 2. Communiquez avec le monde extérieur

« L’homme est un animal social pour qui le lien avec les autres est un besoin de première nécessité. De quoi rendre cette période de quarantaine encore plus difficile pour les personnes isolées bien sûr. Cela dit, sans être isolées, d’autres personnes peuvent également souffrir d’un sentiment de solitude en raison des mesures prises. 
Heureusement, le monde moderne offre différentes possibilités pour maintenir le contact avec ses amis et sa famille. Les vidéoconférences par Skype, par exemple, ou messenger et Praatbox, sont particulièrement recommandées. Elles permettent de communiquer de manière non verbale avec les autres ou de profiter de leur présence en silence. Pour ceux qui ont besoin de bavarder de manière anonyme, prenez contact avec Télé-Accueil. Les enfants et adolescents peuvent se tourner vers Écoute-enfants, en composant le 103. D’autres possibilités existent encore. »

3. Communiquez avec vos colocataires

« Peu de gens sont habitués à passer toute la journée avec leur famille. Pour ne rien arranger, la quarantaine vous rend peut-être plus susceptible que d’ordinaire. Tôt ou tard, des tensions se feront sentir presque inévitablement, surtout si la quarantaine se prolonge. Établissez d’avance des règles entre vous. Passez-les régulièrement en revue. Osez dire ce qui vous dérange. Par contre, faites toujours preuve de compréhension pour les sentiments et opinions des autres. Les remarques blessantes aboutissent rarement à l’effet recherché. Il vaut mieux tâcher de décrire clairement ses besoins. Les mesures actuelles permettent encore de prendre un bol d’air dehors si des tensions apparaissent, et c’est tout sauf du luxe. À l’intérieur aussi, laissez aux autres de l’espace et respectez la vie privée de tous. »

4. Créez une routine

« Par la force des choses, notre course quotidienne effrénée est interrompue dans son élan. Il peut s’ensuivre une période de repos opportune. Mais l’inquiétude n’est peut-être pas loin. Vos routines tombent à l’eau, et cela demande une adaptation. Essayez d’introduire rapidement de nouvelles routines, car les structures sont des rochers dans la tempête. C’est sans aucun doute primordial pour les enfants. Non, il ne faut pas se tenir à un strict agenda quotidien. Quelques points de repères suffisent. 
Déjeuner, prendre sa douche, se laver les dents, travailler quelques heures, dîner, ranger… Et bien sûr, il faut aussi faire place à la détente. Il n’y a rien de mal à passer un peu plus de temps devant les écrans en cette période. Mais songez aussi à des cours de musique ou de dessin en ligne ou à d’autres activités créatives. C’est le moment idéal pour apprendre quelque chose de nouveau. La pratique d’une nouvelle compétence est source de distraction et renforce la confiance en soi. »

5. Restez en mouvement

« En pareille période, il est essentiel de bouger suffisamment. Cela vaut tant pour les adultes que pour les enfants. L’exercice est un excellent moyen de gérer la frustration, la tension et l’ennui. Cela libère des substances dans le cerveau qui ont un effet apaisant et influent positivement sur l’humeur. Il est permis de sortir pour une petite promenade ou pour faire du vélo ou du jogging pendant une demi-heure. Alors n’hésitez pas. On fait ainsi d’une pierre deux coup: on bouge et on prend l’air. Car cela aussi, c’est important.

6. N'oubliez pas, ces mesures sont temporaires et pour la bonne cause

« Aussi difficile et imprévisible que soit la situation, rappelez-vous régulièrement que cette période passera. Dites-vous et dites à vos colocataires éventuels qu’en restant à la maison et en respectant les règles, vous aidez les autres. Votre comportement a une incidence et aide à sauver des vies. Quand on envisage les choses sous cet angle, on parvient à mieux maîtriser son stress. »

7. Demandez de l’aide à temps 

« Vous sentez-vous paralysé par l’angoisse? Des difficultés à dormir? Vous avez le sentiment de glisser peu à peu dans la dépression? N’attendez pas qu’il soit trop tard pour demander une aide professionnelle. Appelez votre médecin traitant ou prenez directement contact avec un psychologue (vous pouvez en trouver un sur www.uppcf.be). Nombreux sont les psychologues à offrir actuellement un accompagnement à distance, par téléphone ou vidéoconférence. Ne vous laissez pas intimider: les études montrent que cette méthode peut être très efficace. »

[Pouvez-vous prétendre à un remboursement pour une assistance psychologique? Consultez notre dossier]