L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Le "Viagra pour femmes" heureusement toujours pas autorisé en Europe

09 mars 2016
addyi

09 mars 2016

Addyi, médicament présenté dans les médias comme équivalent au Viagra pour la gent féminine, est en vente aux Etats-Unis depuis 2015. Et nous ne sommes vraiment pas pressés de le voir débarquer chez nous. Des récentes études le confirment encore : son utilité est douteuse et ses risques sont réels.

Vous recherchez de l'information sur l’utilité ou les effets secondaires éventuels d'un médicament?

Un aphrodisiaque trop risqué

A l’époque de son lancement, nous étions déjà clair : seule une minorité des femmes prenant Addyi ressentent un effet « bénéfique » (très modeste, en outre) sur leur libido et des effets secondaires indésirables parfois sérieux sont possibles. Une récente analyse de l’ensemble des études sur l’effet boosteur de libido de la flibansérine (la substance active d’Addyi, développée à l’origine comme antidépresseur)  vient d’être publiée. Elle confirme totalement nos propos. En moyenne, ce médicament permet une demie (!) relation sexuelle satisfaisante par mois en plus par rapport à un placebo. Les effets indésirables sont également soulignés comme la somnolence et la fatigue, mais aussi de brusques chutes de tension et des pertes de connaissance, surtout en combinaison avec l'alcool ou d'autres médicaments.

Non au business de la sexualité féminine

Tout cela fait réfléchir. Il est clair que les firmes pharmaceutiques médicalisent à outrance la sexualité féminine, exagèrent les vertus de leurs médicaments, en minimisent les risques et nous inondent de "campagnes d'information" dont le but réel n'est autre que la maximisation des ventes. Le patron du groupe canadien Valeant Pharmaceuticals qui a racheté le laboratoire Sprout (qui commercialise Addyi) n’a-t-il pas déclaré : « Nous sommes convaincus que ce produit rapportera des centaines de millions de dollars »? 

L’Europe épargnée

Pour le moment, pas d’Addyi chez nous heureusement. Nous demandons que ce médicament ne soit pas commercialisé sur le marché européen. Nous continuons à dénoncer la médicalisation de la sexualité par l’industrie du médicament, qui est inspirée par des motifs purement financiers.  


Imprimer Envoyer par e-mail