News

Antibiotiques: symptômes disparus, traitement suspendu?

02 août 2017
Antibiotiques

02 août 2017
Dans une récente publication, des chercheurs britanniques suggèrent que continuer un traitement antibiotique après disparition des symptômes favorise les résistances bactériennes. Pour autant, ne vous laissez pas tenter par l’idée de suspendre prématurément le traitement de votre propre initiative. Cela pourrait compromettre la guérison.

L’une des conséquences problématiques du recours excessif aux antibiotiques est que les bactéries y deviennent insensibles ou résistantes. Les infections difficilement traitables occasionnées par de tels germes pathogènes résistants deviennent peu à peu un problème mondial. Si nous voulons endiguer cette problématique que rien ne semble pouvoir arrêter, nous devons en premier lieu éviter le recours inutile aux antibiotiques.

Au cas où des antibiotiques s’avéreraient quand même nécessaires, par exemple en cas de pneumonie, la règle veut jusqu’ici que l’on aille au bout de la cure d’antibiotiques pour combattre l’infection de manière suffisante.

Une publication récente plaide en faveur de cures plus courtes

C’est toutefois un mythe que de penser que vous pouvez ainsi enrayer le développement de germes résistants. Une publication récente du British Medical Journal a relancé les discussions autour de la recommandation. Selon les chercheurs britanniques, la poursuite du traitement après la disparition des symptômes favoriserait le développement de la résistance bactérienne. Selon eux, un abrégement du traitement pourrait contrer ce développement.

L’avis médical demeure indispensable

Cela signifie-t-il que nous pouvons désormais suspendre notre cure d’antibiotiques dès que nous nous sentons mieux? Absolument pas! Si les symptômes s’estompent ou disparaissent, cela ne signifie pas pour autant que l’infection est totalement éradiquée. Ce que reconnaissent d’ailleurs les chercheurs, qui plaident pour des études complémentaires avant de pouvoir évoluer vers une approche personnalisée, dans laquelle la posologie et la durée du traitement seraient adaptées au patient. Dans l’attente de recherches plus approfondies, il est plus sûr de s’en tenir à la durée de traitement prescrite par le médecin.

Ne pas stopper le traitement, mais bien la surprescription

Chacun s’accorde à dire que le recours aux antibiotiques doit être revu à la baisse de toute urgence dans notre pays. En dépit des nombreuses campagnes gouvernementales, des antibiotiques sont encore et toujours prescrits en masse sans nécessité médicale. Il est temps que les médecins assument leurs responsabilités et adaptent leur comportement en matière de prescription conformément aux directives.

En savoir plus sur les antibiotiques et la problématique de la résistance croissante?

Consultez notre dossier


Imprimer Envoyer par e-mail