News

Plus de pouvoir pour Big Pharma? Pas d’accord!

22 septembre 2017
farmaka

22 septembre 2017
Suite à des économies mises en place par le cabinet De Block, les médecins généralistes ne recevront plus la visite des "visiteurs médicaux indépendants". Quel sera dès lors le contre-poids aux représentants de Big Pharma qui, eux, continuent leurs visites? Cette décision irréfléchie mérite des protestations!

Saviez-vous que chaque jour, plus de 7000 nouveaux articles pertinents sont publiés dans la littérature scientifique au sujet des médicaments? Des scientifiques ont récemment calculé le temps nécessaire pour tous les consulter: près de 628 heures par mois.

Des visiteurs médicaux indépendants

Les médecins généralistes ne disposent pas de ce temps. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux se fient à Farmaka, une organisation subsidiée par les pouvoirs publics et en charge de cette lecture. Cela fait maintenant près de dix ans que les informateurs de Farmaka se rendent chez les médecins généralistes afin de leur fournir des conseils choisis et indépendants concernant les médicaments.

Malheureusement, notre ministre de la santé publique Maggie De Block a récemment décidé de supprimer les subsides à Farmaka. Entraînant par là la fermeture forcée de l’organisation l’année prochaine. Une mesure d’économie irréfléchie et scandaleuse! Pourquoi?

SIGNEZ LA PETITION POUR LE MAINTIEN DES VISITEURS MEDICAUX DE FARMAKA!

La visite aux médecins, ça fonctionne

Si l’industrie pharmaceutique continue à envoyer des représentants chez les médecins pour les convaincre de prescrire leurs remèdes, ce n’est certainement pas sans raison. Le contact direct permet effectivement d’influencer les médecins.

Afin de contre-carrer cette influence exercée par l’industrie, il nous semble important que des experts indépendants appliquent la même stratégie. Autrement dit, qu’ils se présentent eux aussi personnellement chez les médecins, mais avec des informations fiables concernant les médicaments, basés sur des recherches scientifiques sérieuses.

Une enquête de l’Université d’Anvers a récemment démontré que cette approche est efficace. Une amélioration du comportement prescripteur a été constatée chez des médecins généralistes informés par ce biais.

Une approche multiple est préférable

La ministre estime pourtant que rendre visite aux médecins est dépassé. Pour informer les médecins généralistes des meilleurs traitements et alternatives possibles, elle souhaite, en remplacement de ces visites, investir dans un système numérique qui conseille les médecins pendant la rédaction de leurs prescriptions.

Un pari risqué, car rien ne prouve qu’une aide numérique suffira à contre-carrer l’influence de l’industrie...

Voici notre opinion: les deux formes de recommandation (numérique et face-à-face) sont nécessaires et complémentaires.

Si la ministre est vraiment sincère concernant la "médecine factuelle" (evidence-based medecine), comme elle le prétend dans ses discours, elle ne peut qu’admettre l’intérêt des deux formes de recommandation et y consacrer tous ses efforts.

Elle préfère malheureusement grappiller sur la recommandation de médicaments indépendantes, alors qu’elle octroie d’importantes sommes d’argent à l’industrie pharmaceutique (eh oui, vous lisez bien, vous trouverez ci-dessous de plus amples explications). Preuve s’il en est que ses priorités sont ailleurs...

Pas d’argent pour Farmaka, mais bien pour l’industrie pharmaceutique!

Épargner sur la recommandation de médicaments indépendante n’est pas très intelligent. Et distribuer dans le même temps d’importantes sommes d’argent à l’industrie pharmaceutique relève tout simplement du scandale. Mme De Block ne semble manifestement pas voir où le bât blesse.

De quoi s’agit-il? En principe, les entreprises pharmaceutiques sont censées payer une cotisation pour lancer des recherches cliniques: une paire de milliers d’euros par essai. La Ministre De Block a récemment décidé sans raisons apparentes que les entreprises ne devraient dorénavant plus payer cette cotisation.

Ce qui représente une belle épargne pour l’industrie. Cette décision prive notre société de près de 2,7 millions d’€ de revenus annuels !

A titre de comparaison: le projet de Farmaka concernant les visiteurs de médecins indépendants coûte annuellement à la société moins de la moitié de cette somme, soit 1,2 millions d’€ pour être précis. Permettant la visite de près de 43 % des médecins traitants en 2016.

Signez la pétition de Farmaka

Vous souhaitez soutenir Farmaka? Signez la pétition pour que Mme De Block sache que vous n’êtes pas d’accord avec ses projets !

SIGNER LA PETITION


Imprimer Envoyer par e-mail