News

Grand temps de s'attaquer à la pénurie de médicaments

01 octobre 2015
pénurie

01 octobre 2015

Les problèmes d’indisponibilité des médicaments sont devenus structurels. Ils incommodent régulièrement les patients et, parfois, ils risquent de nuire à leur santé. Le problème grandit avec la maximisation des profits des entreprises pharmaceutiques. Il est urgent de prendre des mesures!

Votre médicament était indisponible en pharmacie et vous avez été contraint d’interrompre votre traitement ou vous avez d’autres questions au sujet de médicaments?
  • Nos spécialistes santé répondent à vos questions par téléphone au 02 542 33 93 du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h à 17h. (vendredi, jusque 16 h).

Peut-être vous est-il déjà arrivé d’aller chercher à la pharmacie votre médicament habituel, pour vous entendre dire qu’il n’était plus en stock. Ou alors, votre médecin traitant vous annonce que vous devez changer de traitement parce que la firme a retiré votre médicament du marché. Selon une courte enquête menée auprès de plus de 500 consommateurs, un cinquième des répondants ont connu cette situation au cours des cinq dernières années. 

Dangers pour votre santé?

Cette situation peut engendrer, chez les patients, incertitude et désagréments. Pour de nombreux médicaments, il existe certes des solutions similaires, mais celles-ci requièrent parfois une visite supplémentaire le médecin et le pharmacien. Par contre, pour certains médicaments, il n’existe aucune alternative équivalente. Le problème inquièteparce qu’il prend de l’ampleur et que, les médicaments contre les infections et les cancers sont les cas problématiques les plus fréquents en milieu hospitalier. Malheureusement, les autorités ne font pas grandchose pour y voir clair.

Les uns économisent, les autres payent

Beaucoup de raisons conduisent aux pénuries mais la première reste l’argent. Les entreprises pharmaceutiques réalisent des économies, en concentrant, par exemple, la production et le stockage sur quelques sites. Plusieurs médicaments sortent ainsi de la même ligne de production et les stocks sont réduits au minimum. Les entreprises maximalisent ainsi leurs profits mais ce sont les prestataires de soins et les patients qui payent l’addition. Gérer ces pénuries demande, en effet, des efforts et de l’argent.

Nous exigeons des mesures fortes

Ces pénuries ne sont en outre pas suffisamment surveillées. Dans l’enquête menée, 60 % des répondants dont le médicament était manquant, n’ont reçu aucune information claire à quant à la date à laquelle il serait à nouveau disponible. L’agence pour les médicaments a publié sur son site web une liste des médicaments disponibles, mais elle est incomplète et ne contient souvent aucune information ou des informations érronées quant à la cause ou à la date de fin du pénurie. Nous plaidons pour des mesures fortes allant plus loin que le simple inventaire. Les médicaments ne sont pas des biens de consommation banals mais peuvent engager une vie. Nous avons écrit entre-temps à la Ministre de la Santé Publique Maggie De Block pour prendre le problème à bras le corps.


Imprimer Envoyer par e-mail