L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Médicaments indisponibles ? Vérifiez sur Pharmastatut.be

26 décembre 2019
médicaments moins chers

Récemment, l’Agence Fédérale des Médicaments (AFMPS) lançait un nouveau site contenant des informations actuelles sur l’indisponibilité des médicaments. Ce site permet aux patients, médecins, pharmaciens, fabricants et à l’AFMPS de mieux suivre la disponibilité des médicaments et de limiter l’impact de leur indisponibilité. 

Peut-être cela vous est-il déjà arrivé. Vous entrez dans une pharmacie pour acheter votre médicament habituel, or celui-ci semble être en rupture de stock. La nouvelle plate-forme de l’AFMPS entend centraliser les informations et la communication au sujet de telles indisponibilités. Sur le site Pharmastatut.be, vous trouverez désormais des informations actualisées en rapport avec l’indisponibilité des médicaments.

Médicament indisponible : combien de temps et pourquoi ?

Via la nouvelle application Web de l’AFMPS, patients et médecins peuvent aisément rechercher la période et la raison de l’indisponibilité d’un médicament. Seules les ruptures de stock de plus de 14 jours seront mentionnées ! 

L’ AFMPS fournit également une estimation de l’impact de la pénurie à l’aide de catégories. Elles vont de "au moins trois alternatives disponibles" à "indisponibilité critique". Un code couleur est associé à chaque catégorie, du vert au rouge, ce qui vous donne en un coup d’œil une idée de l’impact de la pénurie. 

Pour le patient, cette estimation constitue la principale amélioration sur le plan du contenu du site Web en comparaison avec l’ancienne plate-forme. L’application Web a par ailleurs gagné en convivialité et permet également d’être tenu informé par mail. 

Un pas dans la bonne direction

Nous ne pouvons que nous réjouir du lancement de cette nouvelle plate-forme. Nous plaidons en effet depuis des années pour une meilleure information au patient au sujet des pénuries de médicaments. Toutefois, plusieurs points peuvent encore être améliorés.

  • Les informations publiées sur Pharmastatut.be dépendent encore et toujours de la saisie d’informations correctes dans les délais par le fabricant. Dans 10 % des indisponibilités, la cause précise est inconnue. Une adaptation récente de la législation prévoit d’ores et déjà un ancrage légal plus strict pour le signalement d’une cause exacte. Un contrôle suffisant par l’AFMPS et des sanctions en cas de non-respect de cette obligation légale sont indispensables.
  • Nous aurions aimé que les patients puissent eux aussi informer l’AFMPS d’une indisponibilité par le biais de cette application Web.
  • Certaines ruptures de stock, actuellement près de 7 %, attendent encore une évaluation de l’AFMPS, dont quelques-unes depuis l’été déjà. Pour assurer un bon fonctionnement du site Web, nous espérons que l’AFMPS accélérera l’évaluation des conséquences possibles de ces pénuries.
  • L’AFMPS prévoit des recommandations en cas d’"indisponibilité critique". Vous pouvez les consulter (pour autant que vous les trouviez, car elles ne sautent pas aux yeux), bien que leur rédaction ne tienne pas compte du consommateur lambda. Certaines autres catégories gagneraient elles aussi en explications et autres conseils supplémentaires. La catégorie "adaptation du traitement possible" par exemple, fait d’emblée poindre la question du traitement alternatif pouvant être adopté. 

Nous avons fait part de ces considérations à l’AFMPS.

Cette plate-forme est un pas dans la bonne direction, même si elle ne résout pas tous les problèmes. Nous exigeons davantage d’actions de la part des autorités de santé nationale et européenne pour éviter et résoudre plus rapidement l’indisponibilité de médicaments. En outre, nous exigeons que ce soit le fabricant et non le patient qui supporte les coûts liés à l’importation d’un médicament de l’étranger ou lorsque l’on se retrouve contraint d’adopter un médicament alternatif plus onéreux. Une proposition de loi instaurant un fondement juridique allant dans ce sens a récemment été approuvée. Etant donné que son application pratique doit encore être coulée dans un Arrêté Royal, on ignore comment et quand cela va se concrétiser.