L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Sirops antitussifs : nouvelles règles à partir du premier janvier

31 décembre 2019

A partir du 1er janvier, il ne vous sera plus possible d’obtenir des sirops antitussifs composés d’une combinaison de différents éléments actifs chez votre pharmacien. Une évolution dont nous ne pouvons que nous réjouir. Cela fait en effet des années que nous déconseillons ces sirops.

Même s’ils se vendent fréquemment chez nous, les sirops antitussifs font l’objet de controverses depuis des années. Leur efficacité n’a en effet pas été démontrée de manière probante. Chez les enfants surtout, leur utilisation est loin d’être anodine en raison du risque d’effets indésirables graves.

Risques proportionnels au nombre de composants actifs

Plusieurs sirops antitussifs composés d’une combinaison de différents éléments actifs sont disponibles en Belgique. Ces sirops combinent un produit visant à supprimer la toux et une substance favorisant l’expectoration du mucus. Une combinaison qui n’est pas souhaitable, car l’un contre en effet l’action de l’autre ! Le risque d’effets indésirables en est également augmenté.

Enfin retirés du marché

A compter du 1er janvier 2020, ces combinaisons devront être retirées du marché. Seuls les sirops antitussifs constitués d’un seul élément actif pourront encore être commercialisés. Les sirops Toplexil, Baume Pulmonaire et Noscaflex Expectorans ont déjà été retirés du marché. Après le 1er janvier 2020, les antitussifs suivants ne seront plus disponibles : les sirops Acatar, Broncho-Pectoralis, Pholcodine et Inalpin. Le sirop Pholco-Mereprine ne disparaîtra du marché que fin mai 2020 en raison d’un retard de procédure.

Nous nous réjouissons de cette décision de l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS). Ces préparations combinées contre la toux portent l’étiquette "à déconseiller" depuis des années dans notre banque de données de médicaments. L’AFMPS était depuis déjà bien longtemps du même avis. La décision de l’agence remonte en effet au début 2012. En raison de problèmes de procédure et d’une longue période de transition pour les fabricants afin d’adapter leurs produits, ce n’est que maintenant que cette décision entre en vigueur.

Matière à réflexion

Cette décision a uniquement trait aux médicaments "classiques". Les sirops combinés à base de plantes restent disponibles après le 1er janvier 2020. L’AFMPS signale ne pas être au fait de signaux de sécurité permettant à l’agence d’adopter des mesures similaires à celles qui ont été prises à l’encontre des antitussifs "classiques".

Le Bronchostop Duo, un médicament de phytothérapie, peut dès lors rester sur le marché. Ce sirop se compose d’une combinaison de thym, favorisant l’expectoration du mucus, et de racine de guimauve, pour réfréner les envies de tousser. L’efficacité d’aucune de ces deux substances n’a été démontrée séparément pour la toux, pas plus que la combinaison de celles-ci, qui nous paraît d’ailleurs tout aussi discutable.

Le produit est-il plus sûr que les variantes traditionnelles ? Probablement. Même si la comparaison des notices avec celles de plusieurs autres pays donne matière à réflexion : le même produit est déconseillé aux Pays-Bas pour les enfants de moins de 6 ans en raison du manque de données disponibles, tandis qu’au Royaume-Uni, la limite est fixée à 12 ans. Dans notre pays, ce produit convient selon la notice pour les enfants à partir de 4 ans...

Vous trouverez notre avis concernant plus de 7500 médicaments dans notre banque de données de médicaments.

Vers la banque de données