L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Réponse d’expert

Médicament ou pas ?

01 octobre 2016
question réponses conseils

01 octobre 2016
Monsieur V. a vu de la publicité pour le NeoBianacid, nouveau produit contre le brûlant vendu en pharmacie. Il aimerait savoir ce que nous en pensons.

Le NeoBianacid est proposé contre les symptômes du reflux gastro-oesophagien (brûlant). Il serait également indiqué pour les troubles de la digestion et pour prévenir les irritations de la muqueuse les plus diverses, comme celles dues à la prise de certains antidouleurs. Il formerait un film protecteur contre les sucs gastriques. La publicité parle d’un "complexe moléculaire", de "synergie" entre composant polysaccharidique et composant minéral, de "propriétés antioxydantes" contre l’irritation.

Diantre ! Il ne s’agit pourtant pas d’un médicament mais d’un... dispositif médical. On peut obtenir ce statut pour des produits de santé dont le mode d’action principal n’est pas pharmacologique mais "physico-mécanique". Pour le fabricant, le statut de dispositif médical est moins contraignant.

A la différence des médicaments, les dispositifs médicaux ne doivent pas vraiment prouver leur efficacité et leur publicité est soumise à (encore) moins de restrictions. Mais pour le consommateur, il y a moins de garanties. Dans le cas présent, si l’efficacité n’est pas démontrée, elle n’est pas non plus totalement implausible, du moins comme traitement du brûlant.

Par contre, certaines allégations nous choquent. Ainsi, suggérer que le produit peut être utile pour prévenir les risques gastro-intestinaux liés à la prise d’antiinflammatoires non stéroïdiens (AINS) est dangereux. Ceux-ci exposent à des effets indésirables parfois graves, voire mortels (hémorragies, perforations, occlusions). Chez certains patients, la prise d’AINS nécessite une protection gastrique. Il existe pour cela des médicaments spécifiques scientifiquement évalués.

A notre connaissance, il n’y a pas l’ombre d’une preuve que le NeoBianacid ait à cet égard une quelconque utilité. La publicité franchit ici allègrement les limites de ce qui est acceptable. L’Agence fédérale des Médicaménts et des Produits de Santé doit faire le nécessaire pour que le fabricant rectifie le tir.

Vous aussi, vous avez une question sur le prix ou l’utilité d’un médicament, sur le traitement que vous suivez ou sur un examen médical à passer ?

Contactez-nous


Imprimer Envoyer par e-mail
Exclusivité membre

Accédez à ce contenu

Découvrez ce contenu et de nombreux autres pour seulement 2 € pendant 2 mois !


Je découvre Test Achats pour 2 €