Communiqué

Botox: inquiétudes autour des pratiques du secteur

29 novembre 2021

Les traitements à base de botox et d’acide hyaluronique deviennent très populaires. Test Achats a mené son enquête mystère auprès de 33 praticiens en BelgiqueEt la conclusion est claire: les pratiques en la matière sont inquiétantes. De nombreux praticiens ne fournissent pas suffisamment d’informations aux patients, notamment sur les éventuels effets secondaires. L’organisation s’inquiète également de l’absence de formation obligatoire attachée au titre non-protégé de « médecin esthétique », mais aussi des pratiques commerciales de réduction de prix menant à des surtraitements. Enfin, elle dénonce l’usage illégal de numéros de nomenclature dans les attestations de soins établies par 8 des cliniques visitéesTest Achats a fait part de ses constats au Ministre de la santé et à l’INAMI. Test Achats demande l’adoption urgente de mesures d’encadrement. 

Mystery shopping dans 33 cliniques de beauté 

Avec l'âge, la peau devient plus fine et moins élastique et les rides se développent, ce qui incitent certaines personnes à se faire injecter de la toxine botulique (plus connue sous le nom de botox) et des produits de remplissage. Au vu du succès de ces injections, Test Achats a mandaté deux enquêtrices âgées de 45 et 50 ans pour se renseigner sur les avantages, les inconvénients et le prix du botox et de ces produits de comblement. Ces enquêtrices ont visité 33 centres qui proposent ce type de traitements.  

 

Screening médical trop rare et informations lacunaires aux patients 

Point positif: tous les prestataires de soins de santé consultés ont été clairs sur leurs tarifs, ainsi que sur les produits avec lesquels ils travaillentPar contre, près de la moitié des médecins visités s’est trop peu intéressé aux antécédents médicaux des enquêtrices alors qu’il existe un certain nombre de cas dans lesquels le botox ou les produits de comblement sont contre-indiqués. La plupart des professionnels de la santé ont cité un ou quelques effets secondaires fréquents mais environ la moitié d'entre eux n’ont donné aucune explication orale sur les risques potentiels les plus graves.  

 

Absence de formation obligatoire pour les médecins esthétiques  

Dans notre pays, il faut être médecin pour être autorisé à injecter du botox et des produits de comblement. Mais, il ressort des données de l'INAMI et du SPF Santé publique, que ces médecins ne sont pas tous des dermatologues ou des chirurgiens plasticiensloin de là. Beaucoup sont porteurs d’un titre professionnel qui n'a strictement rien à voir avec l'esthétique, comme médecin généraliste, oncologue, cardiologue, interniste, urgentiste, médecin du travail, etc La majorité de ces praticiens se présente comme des "médecins esthétiques" alors qu’aucune condition de formation obligatoire n'est attachée à ce titre” explique Julie Frère, porte-parole de Test AchatsNous plaidons pour que le gouvernement, qui annonçait déjà en 2013 qu’il allait se pencher sur cette problématique, travaille de toute urgence sur des exigences de formation plus strictes 

 

Réductions de prix inadéquates et attestation de soins illégales …  

La publicité et les rabais sont interdits dans un cabinet médical. Pourtant, dans environ la moitié de ces centres de beauté, les enquêtrices ont reçu une offre du style : - 20 % si vous faites traiter trois zones, un tarif très avantageux si trois personnes se font soigner en même temps, ..Ce système peut parfois faire économiser des centaines d'euros, mais il peut aussi conduire à un surtraitement, dénonce Test Achats. 

 

Autre déviance constatée : dans 8 cliniques, leenquêtrices ont reçu une attestation de soins donnant droit à un remboursement de la caisse d’assurance maladie compris entre 10,08 € et 27,53 €. Pourtant, il n’existe pas de numéro de nomenclature pour les conseils esthétiques. Ce faisant, ces médecins ont donc utilisé illégalement la nomenclature prévue pour une consultation médicale. Test Achats demande à l'INAMI de communiquer clairement aux médecins qu'aucun remboursement n'est possible pour ce type de consultations à but purement esthétique. 

 

Pour plus d’informations, consultez notre dossier sur www.testachats.be/botox. 

Accès presse

Pour avoir accès à tous les contenus en tant que journaliste, nous vous demandons de nous envoyer un e-mail.