L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Chute de cheveux

01 juillet 2021
chute-des-cheveux

Avec l’âge, beaucoup de personnes commencent à perdre leurs cheveux. Ce phénomène touche un homme sur deux. Chez les femmes, cela se limite souvent à une chevelure plus clairsemée. En dépit des belles promesses d’innombrables produits et traitements, le remède miracle reste encore toujours à inventer. 

Affection

Perdre ses cheveux n’a rien d’anormal en soi. Ils suivent en effet un  cycle bien déterminé. Pendant leur phase de croissance, ils gagnent environ un demi-millimètre par jour. Cette pousse ralentit à un moment donné, après quoi commence la phase de déclin. On perd ainsi entre 50 et 100 cheveux par jour. Ce n’est que si cette quantité est nettement plus importante chez vous ou si vous constatez des plaques de calvitie ou une chevelure beaucoup plus clairsemée qu’on parle de chute anormale de cheveux.

Des facteurs génétiques interviennent

Mais, même dans ce cas, la perte de cheveux est le plus souvent totalement inoffensive. L’hérédité est la principale cause de calvitie chez environ 95% des hommes qui en sont atteints. En termes scientifiques, on parle alors d’alopécie androgénétique. Cette forme de calvitie est causée par les hormones sexuelles masculines: les androgènes. Plus les follicules (ou bulbes) pileux du cuir chevelu sont sensibles à ces hormones, plus on perd de cheveux. C’est la génétique qui détermine le nombre et la sensibilité de ces follicules. Plus on avance en âge, plus le nombre de bulbes et leur production diminuent, jusqu’à ce qu’ils ne produisent plus qu’un minuscule duvet.

Chez les hommes, cela se traduit par le recul d’année en année de la ligne de cheveux ou par la multiplication de plaques de calvitie. La rapidité de la chute des cheveux et la manière dont elle se manifeste varient fortement d’une personne à l’autre. Ce trouble de fonctionnement touche environ 40 à 60% des hommes. Le problème peut se manifester à un jeune âge déjà, mais les premiers signes n’apparaissent généralement qu’après 40 ans. Plus ce phénomène se manifeste tôt, plus on risque finalement de se retrouver totalement chauve.

Comme ces hormones sont aussi présentes chez les femmes, celles-ci ne sont pas non plus épargnées par cette forme de chute des cheveux. Mais avec une différence. Souvent, ce phénomène est déclenché chez elles par un soudain changement de leur équilibre hormonal. À la ménopause ou lors d’une grossesse, par exemple. Tout comme chez les hommes, les follicules pileux des femmes se fragilisent également. Mais, si ce processus peut entraîner une calvitie complète chez les hommes, il se limite le plus souvent chez les femmes à une chevelure plus clairsemée.

Facteurs non hormonaux

Il arrive toutefois que la chute des cheveux soit totalement indépendante de ces facteurs génétiques et des hormones sexuelles.

L’ alopecia areata, par exemple, est une maladie auto-immune qui entraîne une chute de cheveux à certains endroits. Contrairement à la chute génétique des cheveux, qui est un processus lent, avec ce variant les cheveux peuvent tomber par endroits en quelques jours ou quelques semaines. Dans une moitié des cas environ, une amélioration ou même une guérison est envisageable, mais les récidives sont hélas fréquentes.

Une autre cause possible est la teigne (tinea), provoquée par un champignon qui attaque le cuir chevelu. Cette mycose n’a rien de grave, mais elle peut se transmettre par contact avec des enfants ou des animaux infectés.

La chute des cheveux peut également être provoquée par des médicaments (chimiothérapie, anticoagulants, régulateurs de la thyroïde, contraceptifs oraux, médicaments contre le cancer du sein, interféron, rétinoïde, danazol ou anabolisants, par exemple) ou  des métaux lourds. Une sévère carence en zinc ou en fer peut également accélérer la chute des cheveux et provoquer des problèmes au cuir chevelu. Enfin, la chute des cheveux peut être déclenchée par des facteurs psychologiques comme le stress, une dépression, de l’anxiété ou une expérience traumatisante. Mais, dans ces cas, la pousse des cheveux reprend le plus souvent d’elle-même une fois que les facteurs qui en sont à l’origine ont disparu depuis un certain temps.

Fait of fiction?

Par contre, il est faux de croire que porter une casquette ou un chapeau contribue à la chute des cheveux. Teindre ou friser ses cheveux n’a pas non plus d’impact sur leur pousse. Mais une chaleur extrême (celle d’un sèche-cheveux, par exemple) ou une friction trop énergique quand on sèche ses cheveux avec un essuie peut avoir un impact négatif. Évitez donc cela autant que possible. Certaines coiffures peuvent aussi contribuer à la chute des cheveux, en exerçant une pression exagérée en certains endroits, comme une queue de cheval ou des tresses.

Bon à savoir: couper ou raser les cheveux ne les renforce pas. Au début, vos nouveaux cheveux paraîtront un peu plus épais, mais ce n’est que temporaire. C’est dû au fait que le cheveu est plus mince près des pointes. Si on le coupe à mi-hauteur ou si on le rase complètement, ce sont les parties plus épaisses qui vont d’abord repousser.

Par contre, la météo a bel et bien un impact sur la chute des cheveux. La croissance des cheveux est la plus importante pendant les mois chauds en été, pour protéger le cuir chevelu du soleil. La chute des cheveux recommence à s’intensifier au début de l’automne.

 

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question

Commentaires

Soyez le premier à commenter
Server Error