L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Rouges à lèvres

16 décembre 2019

Si, vous aussi, vous aimez rehausser vos lèvres d’un trait de couleur, ne manquez pas de lire ce qui suit. Nous avons examiné 11 rouges à lèvres à la loupe. Plusieurs d’entre eux sont moins festifs qu’il n’y paraît... 

Résultats: MOSH, POSH et MOAH

Nous avons analysé l’ensemble des rouges à lèvres sélectionnés sur la présence de MOSH, POSH et de MOAH. Ces trois substances peuvent être générées par la présence d’huiles minérales. Elles sont fréquentes dans les cosmétiques. Dans les produits à appliquer sur la peau, cela ne pose aucun problème. Il n’en va pas de même lorsque de petites particules peuvent être ingérées, comme c’est le cas des baumes à lèvres et des rouges à lèvres. 

Tout porte à croire toutefois que les MOAH sont de potentiels cancérigènes et que les MOSH s’accumulent dans les organes et peuvent former des tumeurs dans les glandes lymphatiques, le foie et la rate. L’instance européenne compétente en autorise encore l’utilisation pour l’instant et n’a pas déterminé de marge de sécurité. Nous le regrettons.

Pour l’heure, nous ne disposons pas encore de suffisamment d’informations au sujet des POSH. Pour limiter les risques éventuels, il est conseillé de limiter la teneur en MOSH et en POSH dans les cosmétiques, de façon à ce qu’ils ne puissent pas s’accumuler en petites quantités dans l’organisme. Selon l’Autorité européenne de la Sécurité alimentaire et le Bundesinstitut für Risikobewertung allemand, les MOAH ne peuvent pas se retrouver dans l’alimentation. Selon nous, ils n’ont pas leur place dans les cosmétiques, dont des particules peuvent être ingérées.  

Pour mesurer la présence de MOAH, de MOSH et de MOSH, nous avons eu recours à une procédure appelée « chromatographie liquide à haute performance ». 

MOAH: trois produits qui dépassent les bornes

 

Nous avons retrouvé des MOAH dans trois des onze rouges à lèvres. Dans l’un d’entre eux, celui d’Avril, cela nous a fait froncer les sourcils. En effet, on ne retrouve en effet aucune huile minérale dans la liste des ingrédients. On se demande dès lors comment des MOAH ont pu se retrouver dans le produit; Il pourrait s’agir d’une contamination durant le processus de production. 

MOSH et POSH: 2 produits au-dessus de la limite

Ensemble, la teneur en MOSH et en POSH ne devrait pas pouvoir dépasser les 5%. Nous avons toutefois appliqué une marge de sécurité de 10% pour nos relevés. Deux rouges à lèvres dépassaient ces 10%.