L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Les étiquettes de la plupart des gels hydroalcooliques sont non conformes

28 novembre 2020

Seules 2 étiquettes des 19 gels hydroalcooliques testés par nos soins sont intégralement conformes à la législation en matière de biocides. Les résultats en termes de teneur en alcool et d’efficacité sont heureusement rassurants, même si nous observons d’importantes différences de prix ne reflétant pas nécessairement la qualité. 

Une bonne hygiène des mains est l’une des principales armes dans la lutte contre la COVID-19. Le mieux est de se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon. Cependant, si vous n’en avez pas à portée de la main, vous pouvez également vous désinfecter les mains avec un gel hydroalcoolique. Lors du choix, mieux vaut être attentif au pourcentage d’alcool. Celui-ci détermine en effet la durée d’utilisation du gel pour la destruction des particules virales éventuelles. Evitez d’ailleurs d’utiliser un gel affichant un pourcentage d’alcool inférieur à 60%. Nous avons passé 19 produits au banc d’essai. 

Vers les résultats de notre test

Tous les gels testés contiennent au moins 60% d’alcool 

Pour être efficace contre les virus, un gel hydroalcoolique doit contenir au moins 60% d’alcool selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Plus le pourcentage est faible, moins le gel est efficace et plus le contact entre le gel et le virus doit être prolongé, donc plus vous devez frotter longtemps.

Il ressort de notre analyse que 11 des 19 gels testés ont une teneur d’alcool de 70  ou plus ; 3 gels présentent quant à eux une teneur située entre 65 et 69,9% et les 5 derniers entre 60 et 64,9%. Tous respectent donc la teneur minimum.

Seulement deux étiquettes totalement correctes

Trois gels ne mentionnaient aucune teneur en alcool, un quatrième le mentionne dans un langage incompréhensible. Ce pourcentage est pourtant gage de l’efficacité contre les virus tels que ceux de la COVID-19 ou de la grippe. L’un des produits ne mentionnait aucune date de péremption et onze produits n’avaient pas de numéro d’enregistrement (temporaire), pourtant obligatoire.

Onze produits ne mentionnaient pas de liste INCI d’allergènes potentiels ou de composants nocifs, de sorte que nous n’avons pas pu évaluer s’ils contenaient de telles substances. Ce n’est pas obligatoire, mais néanmoins précieux pour les consommateurs. Trois produits contenaient de telles substances, dont deux du butylphényl méthylpropional (BMHCA), considéré comme dangereux en Europe.

Un des produits ne présentait pas d’information en néerlandais et quatre gels n’arboraient pas de pictogramme de danger, pourtant obligatoire pour des produits contenant de l’éthanol.

Nous avons signalé ces manquements au service public compétent. Celui-ci nous a promis de suivre l’affaire le plus rapidement possible et de prendre les mesures qui s’imposent.

Le point de vente et la quantité déterminent le prix, mais pas la qualité

En moyenne, les gels hydroalcooliques de notre test coûtent environ 43 € par litre. Sans surprise, il vous en coûtera davantage au litre pour les plus petits conditionnements que pour les plus grands. Les flacons de moins de 100 ml coûtent en moyenne 50€/l, tandis que les plus gros flacons de 100 ml à 300 ml coûtent 39 €/l.

En novembre, le prix moyen du marché était encore et toujours supérieur à celui d’avant la crise du corona. En Belgique, les gels hydroalcooliques sont sensiblement plus chers que chez nos voisins : en France, ces mêmes produits sont vendus au prix moyen de 26,06€/l et aux Pays-Bas, 20,78 €/l.

La marque et le point de vente expliquent parfois aussi d’importances différences de prix. Ce sont les marques généralement vendues en droguerie qui sont les plus avantageuses (en moyenne 31 €/l). Les marques vendues en pharmacie, par contre, sont les plus chères (en moyenne 55€/l), près de 77% plus onéreuses que les marques en droguerie. Néanmoins, les plus chers ne sont pas forcément les meilleurs : le produit le plus cher de notre test (100€/l) n’arrive qu’à la septième place de notre classement.

Depuis début mars, la France applique un prix maximum pour les gels hydroalcooliques. Nous réitérons dès lors notre requête aux pouvoirs publics belges pour qu’un tel plafond soit également appliqué en Belgique, afin de contrer les abus éventuels. En attendant, vous trouverez les meilleurs gels hydroalcooliques au meilleur prix dans notre comparateur.

Server Error
Server Error