L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Les crèmes solaires dangereuses attirent l'attention de l'Europe

17 février 2020

Il est ressorti de notre test sur les sprays solaires pour les enfants que celui de la marque ISDIN ne respectait pas le facteur de protection annoncé. Après beaucoup de palabres, le SPF Santé Publique a finalement retiré le produit du marché après quatre mois. La Commission européenne nous a invités à discuter des moyens d'éviter de telles situations à l'avenir. 

Bien que l'été 2019 soit terminé depuis longtemps, la saga ISDIN continue. L'année dernière, nos tests montraient que le spray solaire ISDIN n'offrait pas la protection promise pour la peau sensible des enfants. Il aura pourtant fallu au moins quatre mois au SPF Santé Publique pour enfin retirer le produit du marché. Pourquoi cela a-t-il pris autant de temps? Les tests de laboratoire de l'entreprise elle-même ont montré que la mesure du SPF 50+ et la norme ISO que les crèmes solaires doivent respecter laissent trop de place à des résultats différents pour un même produit.

Le dossier intrigue la Commission européenne, qui a décidé d’inviter les organisations de consommateurs ayant mené les tests, dont Test Achats, à une audition au Groupe de Travail sur les Produits Cosmétiques. Nous espérons que cette audition permettra de clarifier les choses pour le futur, pour permettre notamment qu’un retrait soit plus rapidement ordonné en cas de mauvais résultats. Tant que cela n’est pas le cas, l’organisation de consommateurs ne voit pas comment les autorités publiques pourraient remplir efficacement leur rôle visant à protéger la santé des consommateurs.

Retirée du marché puis remise en vente

En mai 2019, nous avons publié les résultats d'un test de 14 sprays solaires effectué dans un laboratoire certifié respectant les normes ISO. Tous respectaient le facteur de protection annoncé, sauf un: celui de la marque espagnole ISDIN. Le SPF promis de ISDIN 50+ contre les UVB équivaut à un 15, trop peu pour la peau sensible des enfants.  Ce spray ne respectait pas non plus le minimum légal pour la protection contre les UVA.

Nous avons immédiatement transmis ces résultats au SPF Santé Publique (SPF SP), en lui demandant de retirer le produit du marché. Début juin, le SPF SP a décidé d’imposer une quarantaine sur le produit ISDIN en attendant les résultats d’autres études. Contre toute attente, début juillet, le SPF SP  levait la quarantaine sur le produit litigieux en indiquant que "les résultats sont rassurants et confirment que le produit offre un facteur de protection supérieur à 50+. Le produit est donc sûr et peut donc être revendu dans notre pays.". 

Quatre mois trop tard

Nous regrettons que cette décision tombe 4 mois après la communication du résultat de ses tests avant le début de l’été. Combien de consommateurs ont-ils acheté ce produit pour leurs enfants pensant les protéger correctement?

Peu de temps après nous être tournés vers eux, le SPF SP a annoncé que ce spray devait être retiré du marché. Parallèlement à cette décision, nous demandons aux autorités d'examiner également les autres produits de la marque ISDIN par rapport au facteur de protection déclaré, ainsi que pour une analyse plus globale du marché, comme annoncé également par les autorités espagnoles.