L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Assurance hospitalisation : les contrats ne se valent pas

01 septembre 2015
assurance hospi

01 septembre 2015

Même si vous possédez une assurance hospitalisation, vous risquez parfois d’avoir encore beaucoup de dépenses à couvrir. Un contrat bon marché cache souvent une couverture très limitée. Utilisez notre calculateur pour faire le bon choix.

Vous désirez savoir quelles sont les assurances hospitalisation de qualité, adaptées à votre situation et combien elles coûtent? Consultez notre comparateur.

Vers le comparateur assurances hospitalisation

Il serait dommage de se rabattre sur la première assurance venue, d’un assureur privé ou d’une mutualité. Car tous les contrats ne se valent pas. Et ce n’est pas un hasard si les mutualités sont moins chères.

Une couverture parfois vidée de sa substance

Idéalement, une assurance hospitalisation devrait indemniser tous les frais que le patient doit assumer lui-même lors d’une hospitalisation due à une maladie ou un accident. Mais cela ne fonctionne évidemment pas comme ça.

Dans certains contrats, des hospitalisations ne sont tout simplement pas couvertes. C’est le cas par exemple : des interventions dues à certains sports, de la chirurgie dentaire ou de la reconstruction mammaire après un cancer.

Dans d’autres cas, la couverture est fortement limitée. Que faire, par exemple, d’une couverture du traitement de l’infertilité si le montant maximal par assuré s’élève à 250 € ?

Les primes varient beaucoup

L’assureur est libre de déterminer lui-même les facteurs influençant la prime. L’âge auquel l’assuré souscrit le contrat joue presque toujours un rôle.  Plus il est âgé, plus la prime est élevée.

Si l’assuré demande une couverture en option, il devra payer une surprime. Dans d’autres cas, il n’est pas question de surprime, mais plusieurs versions d’un même contrat sont proposées, l’une prévoyant une couverture plus large qu’une autre, avec toutes les conséquences que cela implique au niveau du prix.

Par ailleurs, le montant de la prime dépend aussi de la franchise, c’est-à-dire de la partie des frais qui reste à la charge de l’assuré.

Exceptionnellement, la région de résidence influence aussi la prime. Ainsi, chez DKV, les Bruxellois doivent payer plus cher s’ils souhaitent bénéficier de la meilleure couverture dans une chambre simple, et ce même s’ils se font soigner non pas dans un hôpital bruxellois, plus cher, mais en dehors de la capitale.

Dans l’ensemble, les mutualités sont plus avantageuses, mais elles offrent souvent une couverture plus limitée. Il n’empêche que certains contrats de mutualités peuvent, l’un dans l’autre, être recommandés comme Maître-Achat en raison de leur rapport qualité-prix.

Vers le comparateur assurances hospitalisation


Imprimer Envoyer par e-mail