L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Le coronavirus et votre assurance maladie complémentaire

26 août 2020
coronavirus assurance maladie

Afin de répondre aux nouveaux besoins liés à la crise du coronavirus, certaines mutualités offrent (temporairement) davantage de prestations. Y avez-vous aussi droit ? Renseignez-vous auprès de votre mutualité. Et confrontez les offres des différentes mutualités grâce à notre comparateur.

Possédez-vous une assurance maladie complémentaire ? Beaucoup de gens ne le pensent pas, et pourtant ils en ont une. Vous avez de toute façon une telle assurance si vous êtes affilié à une mutualité. Sauf s’il s’agit de la Caisse auxiliaire d'assurance maladie-invalidité (CAAMI). Dans ce cas, vous ne disposez que de l'assurance maladie obligatoire et pas d'une assurance complémentaire.

Qu'est-ce qu'une assurance maladie complémentaire ?

En échange d'une cotisation annuelle (que vous ne devez pas payer auprès de la CAAMI), les mutualités privées octroient des remboursements au-delà de la couverture légale. On appelle communément cet ensemble d’avantages une assurance complémentaire. 

Il s'agit, par exemple, d'interventions financières pour des verres, pour l'ostéopathie, l'orthodontie, la cotisation dans un club de sport, la médecine alternative, le transport non urgent des patients, etc. L'offre peut varier considérablement d'une mutualité à l'autre. Il peut même y avoir des différences régionales.

Quelle mutualité vous offre, à vous et votre famille, le plus d'avantages ? Vous pouvez facilement le vérifier grâce à notre comparateur. Faites donc le test.

Vers le comparateur

Nouveaux besoins, avantages adaptés

Les mutualités adaptent de temps en temps leur offre. C'est pourquoi il est bon de vérifier régulièrement ce pour quoi vous payez et ce à quoi vous avez droit. Et c’est le bon moment pour le faire. Car récemment, certaines mutualités ont adapté leurs interventions complémentaires pour mieux répondre aux nouveaux besoins apparus pendant la crise du coronavirus.

Quelques exemples d'ajustements :

  • Parce que la crise liée au coronavirus pèse lourdement sur notre santé mentale, Partenamut a décidé de rembourser 20 € par séance chez un psychologue clinicien accrédité au lieu des 15 € habituels (avec un maximum de 16 séances).
  • Depuis quelque temps déjà, la Mutualité chrétienne intervient (dans différentes régions, dont Namur et la Flandre) à hauteur de 40 € pour ses affiliés qui suivent au moins quatre séances de conseils nutritionnels et diététiques chez un diététicien reconnu. Et pendant la crise liée au coronavirus, la Mutualité chrétienne en Flandre a décidé d'étendre cet avantage financier aux consultations online.
  • La Mutualité socialiste, en ces temps de coronavirus, prévoit également des remboursements complémentaires vous des consultations online, notamment auprès des diététiciens et des psychologues.
  • Vous avez été hospitalisé et vous remettez de la Covid-19 ? Partenamut et les Mutualités libres en Flandre remboursent tous les tickets modérateurs dus à votre médecin généraliste, votre spécialiste ou votre physiothérapeute jusqu'à six mois après votre sortie de l'hôpital.
  • Afin de maintenir les gens en mouvement pendant la quarantaine, Les Mutualités libres en Flandre interviennent aussi pour les personnes qui participent à des cours de fitness en ligne (10 cours).
  • Besoin de masques buccaux et de gel pour les mains ? Aux Mutualités libres en Flandre, vous bénéficiez d'une réduction pouvant aller jusqu'à 20€ lorsque vous achetez un gel désinfectant et des masques buccaux dans la boutique Mutualités libres. ML Mut Plus offre gratuitement à ses membres un masque buccal réutilisable.

A noter que cette liste n'est pas exhaustive.

User name

Participer à la conversation

Participez en postant un commentaire ou une question.

1 Commentaires

trier par :

Connectez-vous pour accéder à ce contenu.

29-09-2020

N'est-il pas temps que les assurances complémentaires prennent en charge le remboursement de l'autocontrole de l'INR chez les patients sous avk (comme dans la plupart des pays européens) car ceux-ci ne se contrôlent plus par peur du covid-19
c'est la première cause d'hospitalisation pour accidents iatrogènes