L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA

2019


Selon des chiffres récents de la Mutualité socialiste, à peine un Belge sur trois rend visite au dentiste une fois par an comme il est conseillé. 30 % postposent cette visite jusqu’à ce qu’apparaisse un problème. Et le reste ne consulte jamais. Les factures généralement onéreuses sont une des raisons pour lesquelles les soins dentaires sont souvent différés. En outre, ce pourquoi on paie exactement est rarement clair.

Nouvelles techniques trop peu remboursées

Différents matériaux et techniques récents font l’objet de lourdes factures. Qui pour le moment sont en grande partie prises en charge par le patient. Pour les frais de placement de couronnes, bridges ou implants par exemple, l’addition est totalement à charge du patient. Une étude récente de la Mutualité socialiste montre qu’environ la moitié des soins dentaires n’est plus couverte par l’assurance-maladie obligatoire.

Et pour les soins dentaires classiques aussi, il y a à redire. Ainsi, l’examen buccal annuel est seulement remboursé jusqu’à 67 ans et, comme adulte (jusque 53 ans), vous payez l’extraction d’une dent le plus souvent de votre poche. Pas de raison médicale à cet état de fait ; tout simplement, les autorités disposent d’un budget trop limité que pour rembourser les soins dentaires à chacun.

Pas de limites, pas de transparence

Problème supplémentaire: pour tous ces traitements qui ne sont pas remboursés, les dentistes peuvent réclamer ce qu’ils veulent. S’ajoute à cela le fait que de plus en plus de dentistes ne sont pas conventionnés. Cela signifie qu’ils ne sont pas tenus aux conventions tarifaires officielles pour les prestations reprises dans les remboursements et qu’ils peuvent imputer des suppléments d’honoraires.

Par ailleurs, il faut être devin pour comprendre ce que l’on paie finalement chez le dentiste. Même la ministre de la Santé Maggie De Block admet que le manque de transparence est un problème majeur.

Avec notre calculateur de suppléments, nous voulons faire bouger les choses. Si vous avez été récemment chez le dentiste, introduisez les données de l’attestation dans notre module. Nous vous indiquons immédiatement si vous avez payé des suppléments pour la consultation et à combien ils se montent. Vous pouvez ensuite contrôler si votre dentiste est conventionné ou non. Si vous jugez que votre dentiste facture de trop hauts montants, nous vous aidons aussi à trouver un dentiste moins cher. 

Vers le calculateur de suppléments

Une assurance soins dentaires pour tous?

Devons-nous dès lors tous contracter une assurance soins dentaires pour pouvoir payer ces soins? Certainement pas. Lorsqu’on épluche les contrats, il apparaît en effet que les remboursements ne sont jamais complets. Les contrats prévoient des pourcentages de remboursement maximum pour chaque type de soins, mais également des plafonds annuels pour chaque catégorie de soins et, enfin, une limite de remboursement annuel maximum toutes interventions confondues. Bref, trois plafonds au total ! Par ailleurs, les contrats contiennent des limitations et des exclusions. 

Etre assuré pour tous les maux de dents pouvant survenir moyennant le paiement d’une prime modeste ? N’y comptez pas ! Plus d’information dans notre dossier assurances soins dentaires.

Community

Santé

Conversations liées