L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
Dossier

Autotests: souvent inutiles

25 novembre 2019

Les autotests sont-ils fiables? Jamais totalement. Et dans la plupart des cas, si vous avez une question sur votre santé, il vaut mieux consulter votre médecin. Ce sera plus efficace. De plus, les selftests coûtent assez cher.

Maladie de Lyme

Maladie de Lyme

MyTest Lyme (Mylan)

Objectif

Dépister la maladie de Lyme.

Pour qui
Le fabricant destine ce test aux personnes mordues par une tique. Celle-ci pourrait être porteuse de la bactérie Borrelia burgdorferi, responsable de la maladie de Lyme. Il est conseillé d’effectuer le test 2 à 6 semaines après la morsure ou dès l’apparition d’un cercle rouge qui grandit progressivement. Le diamètre commence à s’élargir quelques jours ou quelques semaines après la morsure de la tique et peut atteindre 20 centimètres.

Analyse
Sang.

Prix
14,96 €.

Procédure
Ce test s’effectue 2 à 6 semaines après la morsure de tique, car il faut attendre que les anticorps de défense produits par l’organisme soient décelables. Le résultat apparaît dix minutes après la prise de sang. Après 15 minutes, le résultat n’est plus fiable.

Notre avis

déconseillé

Déconseillé

Une tique peut transmettre la maladie de Lyme, sous certaines conditions.

En effet, toutes les tiques ne sont pas porteuses de la bactérie Borrelia. En Belgique, le taux d’infection par une tique porteuse de la bactérie Borrelia est inférieur à 20 %, avec de gros écarts en fonction des régions.

Par ailleurs, le risque de la transmission de la maladie n’existe que si la tique reste fichée dans le corps et pompe le sang de la personne pendant au moins 24 à 36 heures. Bref, la probabilité d’être infecté est très faible en Belgique si l’on extrait la tique à temps.

Si dans les 30 jours après la morsure, on observe une réaction cutanée (un cercle rouge autour de l’endroit de la morsure) ou des symptômes grippaux, il vaut mieux se rendre chez le médecin pour des examens approfondis. En l’absence de symptômes, un autotest ou une analyse de sang ordinaire ne sont d’aucune utilité.

D’autant plus que l’autotest fournit assez régulièrement un faux résultat négatif. Pendant la première phase (2 à 4 semaines après l’infection), les anticorps n’apparaissent que dans 40 à 60 % des cas. Pendant la deuxième phase (après 4 à 6 semaines), ils ne sont décelables que dans 70 à 90 % des cas.

Si le test fournit un résultat positif – attestant la présence d’anticorps dans votre organisme – mais que vous ne manifestez aucun symptôme (ex. réaction cutanée ou état grippal), il est inutile de suivre un traitement par antibiotiques. Les médecins ne se basent donc pas sur l’analyse de sang mais sur les symptômes cliniques.