L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Cancers rares: transparence et centralisation nécessaires

12 février 2014
cancers rares

12 février 2014

La lutte contre les cancers rares ou complexes nécessite expérience, compétences et infrastructure adéquates. Des hôpitaux moins bien armés prennent pourtant en charge ces pathologies avec des conséquences dommageables pour les patients. Signez notre pétition réclamant plus de transparence sur les hôpitaux.

Vous aimeriez savoir où recevoir les meilleurs soins en fonction de votre affection? Signez notre pétition exigeant la création d’un site web comparant la qualité des hôpitaux. 

Les cancers rares nécessitent des soins spéciaux

Chaque année, 4000 Belges reçoivent un diagnostic de cancer rare. Cela concerne quelque 14 types différents, tels que le cancer de l'œsophage , du pancréas, de la vésicule, du cerveau, etc. Le diagnostic et le traitement de ces cancers sont complexes. Par conséquent, comme le confirme le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), ils devraient se dérouler dans des centres spécialisés ayant l’expérience nécessaire. De nombreuses études nationales et internationales indiquent en effet que les patients vivent alors plus longtemps et subissent moins de complications.

La liberté thérapeutique belge coûte des vies

Aujourd’hui pourtant, ces cancers sont quasiment traités dans chaque hôpital belge. Ainsi, s’agissant du cancer du pancréas, pour ne citer qu’un exemple, nombre d’hôpitaux pratiquent seulement quelques opérations par an. Ce manque d’expérience n’est pas garant de résultats optimaux et peut même coûter des vies.

Des centres de référence pour les soins complexes

Le nombre d'hôpitaux qui peuvent offrir de tels soins complexes doit être limité. C’est ainsi seulement que les patients cancéreux pourront recevoir les meilleurs soins possibles. Nous demandons donc aux autorités de prendre enfin des mesures concrètes en ce sens et de créer un site internet sur lequel les patients pourront comparer la qualité des hôpitaux.


Imprimer Envoyer par e-mail