L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

DKV prend les patients en otage avec sa police Hospi Select

12 mars 2018

12 mars 2018
DKV propose une nouvelle police, DKV Hospi Select, qui prévoit que, selon l’hôpital où vous choisissez d’être admis en chambre particulière, le remboursement des suppléments d’honoraires pourra être limité à 80 %. Mais de quels hôpitaux il s’agit ne sera clair qu’à partir du 1er janvier 2019. Ce que nous trouvons inacceptable.

section

Si vous devez être hospitalisé pour un traitement ou une opération et souhaitez l’être en chambre particulière, vous payerez un supplément d’honoraire pour cela. Dans certains cas, le tarif officiel peut alors être multiplié plusieurs fois. Ce coût est partiellement ou entièrement couvert par votre assurance hospitalisation si vous avez souscrit une police d’assurance qui le prévoit.

Manque de transparence

L'assureur DKV propose désormais un nouveau type de police, la DKV Hospi Select, qui stipule que vous devrez prendre en charge 20 % du supplément en question si vous n’êtes pas hospitalisé dans un hôpital dit « partenaire ». Actuellement, tous les hôpitaux sont considérés partenaires, mais cette liste sera modifiée le 1er janvier 2019. Si vous êtes hospitalisé après cette date en chambre particulière et qu’il s'avère que l'hôpital de votre choix n'est plus partenaire, vous devrez alors payer vous-même un montant important en supplément.

Ce manque de transparence peut donc vous coûter cher. On ne peut absolument pas prédire quels hôpitaux resteront partenaires et lesquels ne le seront plus. La loi exige pourtant que votre contrat soit clair et précis et que vous puissiez bénéficier en principe en tant qu’assuré, des mêmes conditions de couverture tout au long de votre vie.

La hausse des suppléments d’honoraires est un problème

Les suppléments d’honoraires augmentent d’année en année, et ce, de manière (beaucoup) plus ou moins importante selon l’hôpital. Cela est dû au fait qu’il n’existe aucune limite maximale légale. Nous voulons que cette limite soit, dans un premier temps, fixée à 100 %. Un médecin pourrait alors facturer un maximum de deux fois le tarif légal (la somme du montant que paie l’assurance maladie légale et du ticket modérateur qui reste à votre charge). Et à long terme, nous voulons que ces suppléments d’honoraires soient supprimés. À noter : ces suppléments ne peuvent être exigés qu’aux patients qui souhaitent une chambre particulière, pas à ceux qui sont hospitalisés en chambre double ou multiple

.La DKV se réserve maintenant le droit de ne plus considérer un hôpital comme partenaire, notamment si elle considère que les suppléments d'honoraires ont trop fortement augmenté. Ainsi, cette augmentation doit être limitée à un maximum de 1% en plus de l'indexation des tarifs que l'assurance maladie légale pratique. Ce qui est beaucoup moins que l’augmentation enregistrée ces dernières années (source : De Standaard 09/03/2018).

DKV met les hôpitaux et les patients dos au mur

Si un hôpital ne remplit pas les conditions, il risque de perdre des patients qui souhaitent prendre une chambre particulière, mais ne veulent ou ne peuvent pas payer une partie du supplément d’honoraires. En tant que patient vous êtes également placé dos au mur, car si vous planifiez une opération ou un traitement avec un séjour en chambre particulière après le 1er janvier 2019, il se peut que, suite au changement de la liste des hôpitaux partenaires, vous ayez subitement à payer une somme considérable en supplément.

Nous nous efforçons d'obtenir un financement hospitalier adapté

Une meilleure solution consisterait, à notre avis, à réviser l'ensemble du système de financement hospitalier. Les médecins sont actuellement tenus de remettre une partie des suppléments qu'ils facturent à l'hôpital, ce dernier utilisant ces fonds supplémentaires pour couvrir le manque de financement des autorités. Comme nous l'avons déjà mentionné, nous plaidons depuis des années pour l'abolition des suppléments d’honoraires.

Que le patient paie plus pour le confort supplémentaire d'une chambre particulière, soit. Mais que le choix d'une chambre individuelle puisse entraîner parfois jusqu’à un quadruplement du prix est exagéré. Et les soins médicaux doivent être les mêmes, que vous soyez dans une chambre simple, double ou quadruple. Malheureusement, la ministre De Block a déjà indiqué que l'abolition des suppléments de frais n'était pas une option parce que, selon elle, cela mettrait les hôpitaux en difficulté financière.

Sur notre site internet, vous trouverez l’information nécessaire sur la déclaration d’admission  que vous devez remplir lors de tout séjour à l’hôpital.

Nous vous aidons à trouver la meilleure assurance hospitalisation

Vous cherchez encore une bonne assurance hospitalisation individuelle ?

Vers notre comparateur d'assurances hospitalisation


Imprimer Envoyer par e-mail