L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

DKV prend les patients en otage avec une police au contenu fluctuant

16 janvier 2020
DKV assurance hospitalisation

Des clients ayant souscrit une police Hospi Select de DKV seront cette année financièrement pénalisés s’ils choisissent d’être admis en chambre particulière dans l'un des 33 hôpitaux qui ne satisfont pas aux exigences de DKV. Mais lesquels sont-ils ?

Si vous devez être hospitalisé pour un traitement ou une opération et souhaitez l’être en chambre particulière, vous payerez des suppléments d’honoraire. Le tarif officiel est alors souvent multiplié plusieurs fois. Ce coût est partiellement ou entièrement couvert par votre assurance hospitalisation.

Depuis 2018, DKV propose une nouvelle assurance hospitalisation, DKV Hospi Select. La police stipule entre autres que dans certains hôpitaux, l’assureur ne rembourse qu’à concurrence de 80% les suppléments réclamés pour un séjour en chambre particulière (sans nécessité médicale). DKV limite le remboursement dans ces hôpitaux parce qu’ils ne rencontrent pas certains critères, et notamment qu’ils laissent le coût des suppléments s’envoler.

Manque de transparence

L’assureur revoit la liste des hôpitaux qui satisfont à ses conditions chaque année, au 1er janvier. Vous devriez donc chaque année vérifier si l’établissement qui a votre préférence figure encore dans cette sélection. Si vous ne le faites pas, vous aurez la mauvaise surprise de devoir payer de votre poche 20% des suppléments réclamés si vous optez pour une chambre individuelle.

Pour 2020, 33 hôpitaux ont été rayés de la liste. Mais nulle part, il n’est mentionné clairement de quels établissements il s’agit. Seule une longue liste des hôpitaux partenaires est disponible sur le site de l'assureur.

Nous jugeons incacceptable le fait que celui qui conclut ce contrat ne sache pas de quelle couverture il bénéficiera. La loi exige en effet que votre contrat soit clair et précis et que vous bénéficiez en principe des mêmes conditions de couverture tout au long de votre vie.

Des suppléments en augmentation constante

Les suppléments d’honoraires augmentent d’année en année, mais dans certains hôpitaux beaucoup plus que dans d’autres. Cela, du fait qu’il n’existe aucune limite maximale légale.

Nous voulons que cette limite soit, dans un premier temps, fixée à 100 %. Un médecin pourrait alors facturer un maximum de deux fois le tarif légal (c'es-à-dire la somme du montant que paie l’assurance maladie légale et du ticket modérateur qui est à votre charge). Et à long terme, nous voulons que ces suppléments d’honoraires soient supprimés. 

Revoir le financement des hôpitaux

Une meilleure solution consisterait, à notre avis, à réviser l'ensemble du système de financement hospitalier de manière à rendre ces suppléments inutiles. Les médecins sont actuellement tenus de remettre une partie des suppléments qu'ils facturent à l'hôpital, ce dernier utilisant ces fonds pour pallier au manque de financement des autorités. Ces transferts d’argent des médecins vers les hôpitaux, qui diffèrent d’un établissement à l’autre, doivent aussi se faire de manière transparente.

Que le patient paie plus pour le confort supplémentaire d'une chambre particulière, soit. Mais que le choix d'une chambre individuelle entraîne en moyenne une multiplication par six des frais est exagéré. Et les soins médicaux doivent être les mêmes que vous soyez dans une chambre simple, double ou quadruple.