L'alimentation et la santé sous la loupe de logo TA
News

Les vraies urgences rapidement prises en charge

05 juin 2019

Si vous êtes amené à vous rendre dans un service d’urgences en Belgique, vous en ressortirez généralement satisfait. Notre enquête révèle cependant que la prise en charge est plus rapide et meilleure dans certains hôpitaux. Tour d’horizon. 

Bien que les temps d’attente augmentent considérablement dans les services d’urgences, le patient ressort plutôt satisfait de son expérience. C’est ce qu’il ressort de notre enquête pour laquelle pas moins de 5.200 Belges nous ont livré leur opinion sans fard suite à leur passage aux urgences. En moyenne, une visite aux urgences dure trois heures, temps qui peut s’avérer plus long quand la situation médicale ne constitue pas réellement une urgence.

Réelle urgence ? Prise en charge dans les cinq minutes 

Quand un patient se présente aux urgences, il est vu par un.e infirmier.ère de triage pour déterminer l’urgence de sa situation médicale. S’il s’agit d’un cas aigu, il est pris en charge endéans les cinq minutes. En cas de situation non urgente, l’attente dure en moyenne une heure.

Bien que quiconque se retrouve aux urgences estime sa situation urgente, notre enquête montre que sept répondants sur dix étaient d’accord avec le niveau d’urgence qui leur avait été attribué. Plus le degré d’urgence qui leur avait été octroyé était élevé, plus ils jugeaient le temps d’attente correct. Par contre, il apparaît qu’une part non négligeable des patients – quatre sur dix - n’a pas été informée de son niveau d’urgence. En principe, chacun est censé être informé de son statut et du temps d’attente escompté.

De petites différences entre services d’urgences

De manière générale, la satisfaction au sujet des services d’urgences est plutôt grande, bien qu’il y ait de petites différences entre hôpitaux en Wallonie et à Bruxelles. Les deux services des urgences les plus appréciés sont ceux du Centre Hospitalier Universitaire de Dinant-Godinne-Yvoir et de l’Universitair Ziekenhuis Bruxelles-Jette. Les patients s’y réjouissent des temps d’attente pas trop longs, ainsi que de la compétence des personnels soignants et administratifs.

A l’autre bout de l’échelle, on trouve le Centre Hospitalier EpiCURA à Ath et le Centre Hospitalier de Wallonie picarde à Tournai. Nos répondants y ont particulièrement regretté la longueur des temps d’attente et l’insuffisance de l’information médicale. Malgré ces différences, les résultats sont relativement proches les uns des autres. Si un hôpital se situe en bas du tableau, ça ne signifie pas pour autant qu’on n’y est pas bien pris en charge.

Tout n’est pas urgence

Le patient peut aussi apporter sa pierre à l’efficacité et à la rapidité du fonctionnement des services des urgences en s‘abstenant de s’y présenter pour des problèmes non urgents. Demandez-vous si ces maux de ventre ou cette entorse de cheville sont véritablement un cas d’urgence, ou si un antidouleur, une nuit de sommeil ou une visite chez le généraliste (de garde) ne ferait pas tout aussi bien l’affaire.

Si c’est véritablement urgent, ce dernier pourra encore vous adresser au service des urgences. De la sorte, non seulement vous allégerez la pression sur ce service, mais vous vous épargnerez des heures d’attente inutile. Car moins votre problème sera urgent, plus vous passerez de temps dans la salle d’attente.

Quand aller aux urgences ?

Pour une grippe, de la fièvre, des brûlures légères, de l’insomnie, des douleurs imprécises, des problèmes chroniques, des pansements ou pour une blessure remontant à quelques jours, le personnel hospitalier ne pourra pas faire plus pour vous que votre généraliste.

Par contre, vous pouvez vous adresser aux urgences par exemple en cas de fracture, de problèmes respiratoires, de sévères brûlures, de forte fièvre (à partir de 40° C), de perte de connaissance... Un sentiment d’oppression sur la poitrine, combiné à une douleur au bras gauche ou au cou, justifie également une visite aux urgences.