News

Transparence des hôpitaux: une priorité pour la Flandre, uniquement?

08 mai 2015
transparence hospi

08 mai 2015

Nous nous réjouissons de la publication en Flandre des rapports d’inspection de 18 hôpitaux, conforme à la transparence que nous réclamons depuis longtemps. Il est temps pour les autorités bruxelloises et wallonnes de s’atteler à la tâche.

Les hôpitaux flamands sont inspectés chaque année par les autorités qui sont  responsables du contrôle de la qualité des soins. Ces inspections ne sont pas annoncées et concernent chaque année, un domaine de soins spécifique.

Après la chirurgie en 2014, c’est la médecine interne qui est, cette année, dans le collimateur. Il s’agit donc de patients hospitalisés pour une affection comme un problème pulmonaire ou cardiaque, qui ne doivent pas être opérés. Dans ce cas-ci, les inspecteurs ont vérifié sur place les mesures prises pour empêcher erreurs et complications suite aux médicaments, comment s’organise le suivi des patients et la communication entre prestataires de soins, comment l’hygiène des mains est respectée, etc. 

Clignotants de danger

Le gouvernement flamand a déterminé des « clignotants de danger », soit les manquements qui constituent un (sérieux) risque pour le patient. Quand les clignotants sont au rouge, il s’agit d’un risque sérieux, qui appelle une nouvelle inspection. Les clignotants orange signalent des manquements moins graves à corriger qui ne justifient cependant pas une nouvelle inspection, sauf si deux manquements sont constatés dans le même domaine. 

Un dossier convivial sur Test-Aankoop

L’inspection flamande des soins a donc rendu publics, hier, les rapports d’inspection de 18 hôpitaux, soit 1/5 du total, et nous nous réjouissons.  En 2014, nous avions mobilisé plus de 36 300 personnes soutenant cette revendication de transparence. Nous proposons, dans la partie néerlandophone de notre site, un dossier convivial qui permet de comparer les résultats des hôpitaux.

Opacité à Bruxelles et en Wallonie 

Si la Flandre est sur la bonne voie, on ne peut que regretter la grande inégalité qui existe aujourd’hui entre les citoyens francophones et néerlandophones. Nous appelons les ministres wallon et bruxellois compétents – Maxime Prévot, Guy Vanhegel et Didier Gosuin - à se mettre urgemment au travail! 


Imprimer Envoyer par e-mail