News

Bancs solaires: il est temps de passer à l’action et de sanctionner

02 février 2016
bancs solaires

02 février 2016

Seuls 3 % des solariums respectaient les prescriptions légales en 2015. C’est pourquoi les pouvoirs publics doivent renforcer drastiquement les contrôles. Nous n’avons aucune confiance en l’autorégulation d’une fédération de secteur qui répand des messages trompeurs.

Dans notre pays, certaines règles sont de mise pour les solariums. Ils doivent par exemple informer correctement les clients concernant les dangers de l’exposition aux rayons UV, et adapter les séances de banc solaire à leur type de peau. Les personnes présentant un type de peau très pâle ne devraient même pas être admises, et encore moins les jeunes de moins de 18 ans.
Mais qu’en est-il en réalité ? Les règles sont foulées au pied. Le ministre des Consommateurs Kris Peeters a récemment dévoilé les résultats des inspections de 2015. Seuls 2 des 65 solariums contrôlés étaient totalement en ordre. Le fait que de moins en moins de solariums respectent la loi n’est pas la seule inquiétude. Le nombre de contrôles tend lui aussi à diminuer d’année en année. En 2012, les solariums inspectés étaient encore au nombre de 134. Deux fois plus qu’en 2015, même s’il ne s’agit de toute manière que d’une goutte d’eau en regard des quelque 4000 solariums existants. En 2012, 7,5 % des solariums avaient obtenu la mention satisfaisant contre 3 % l’année dernière.

Messages trompeurs

Les inspections ne vont pas sans frais, mais le traitement du cancer de la peau est loin de représenter un coût négligeable. Sans parler de la souffrance humaine provoquée par cette maladie. Selon des études scientifiques, le risque de mélanome, la forme la plus mortelle de cancer de la peau, augmente de 20 % en cas d’utilisation d’un banc solaire.
Febelsol, une organisation qui regroupe  des exploitants de solarium, souhaite aujourd’hui redorer le blason du secteur. Les membres qui signent un code de conduite et payent leur cotisation reçoivent un label de qualité. Des clients mystères de Febelsol contrôleraient le respect du code. En résumé donc, de l’autorégulation. À l’instar de "Kom op tegen Kanker", nous trouvons que ce label de qualité est une mauvaise idée. Cela suggère que la fréquentation d’un solarium ne présente aucun risque pour la santé et donne une fausse impression de sécurité. 
De plus, un système où le secteur est à la fois juge et partie ne saurait fonctionner correctement, et certainement pas dans ce cas précis. Sur son site, Febelsol répand par exemple des messages trompeurs concernant les effets supposés positifs sur la santé.

Punir sévèrement

Nous en appelons au ministre des Consommateurs Kris Peeters pour qu’il prenne des mesures d’urgence afin de mieux protéger le consommateur. L’inspection régulière de l’ensemble des solariums et la communication des résultats au citoyen font partie des attributions de ses services. Associée à une punition sévère des infractions, cette approche permettrait un meilleur respect de la loi. Outre cela, une interdiction d’allégations de santé et un avertissement obligatoire et précis au sujet des risques devraient permettre de mieux informer le consommateur.


Imprimer Envoyer par e-mail