News

Obésité infantile

12 juin 2012
obésité infantile

12 juin 2012

Les enfants sont de plus en plus nombreux à souffrir d'obésité.

La surcharge pondérale chez les enfants est un problème majeur, car près de deux tiers des enfants obèses le restent toute leur vie, ce qui pourrait réduire de plusieurs années leur espérance de vie.

Un problème partout en Europe 

C'est un véritable fléau. La surcharge pondérale touche un nombre croissant de personnes, mais surtout d'enfants. Partout sur le vieux continent ces chiffres sont à la hausse. Certains pays, surtout dans la région méditerranéenne, présentent même une proportion d'enfants en surpoids supérieure à celle des Etats-Unis, estimée à 30%.
Le Belge moyen est trop gros: presque la moitié de la population adulte à un BMI (IMC en français pour indice de masse corporelle) de 25 ou plus (54% des hommes et 40% des femmes). Mais, le plus alarmant c'est que 18% des jeunes âgés de 2 à 17 ans, garçons et filles confondus, souffrent de surpoids et 5% sont obèses. On parle même de 22% des enfants de 5 à 9 ans. Dans la Région bruxelloise, le pourcentage de jeune en surcharge pondérale est légèrement plus élevé que dans les deux autres régions: il s'agit de plus d'un jeune sur quatre.

La pub alimentaire influence les enfants

Le nombre de personnes en surpoids ne cesse de croître. Plusieurs raisons sont à invoquer : excès de poids de la mère pendant la grossesse, la malbouffe, la sédentarité... Au niveau alimentation, la publicité à sa part de responsabilité. Que ce soit dans les magazines pour enfants, à la télé ou à la radio, il a été prouvé que les publicités alimentaires ont un impact non négligeable sur les enfants, mais aussi sur les adultes. Evidemment, elles sont faites pour cela, et ça marche. 

Le marketing publicitaire est souvent accusé par les experts en nutrition et les autorités de santé. Selon une étude australienne, les résultats sont sans équivoque: le recours aux allégations nutritionnelles ou à des célébrités sportives augmente la valeur du produit aux yeux des consommateurs. La probabilité de choisir le produit est multipliée par 1,8 s'il porte une allégation et par 2,37 s'il est vanté par une star sportive : ceci influence la perception des parents sur le profil-type du consommateur du produit (un sportif), son niveau de santé (excellent) et favorise donc l'achat. Si les parents ont tendance à choisir le snack qui est mis en avant par une stratégie marketing, que dire des enfants...


Imprimer Envoyer par e-mail